Gobee.bike, victime de vandalisme : vraiment ?

La société de vélos partagés en libre-service, Gobee.bike a décidé de quitter Bruxelles. Les vélos de couleur vert pomme ont trop souffert d’actes de vandalisme et de dégradations. Question : ce type de véhicules, à louer et que l’on peut garer n’importe où, peut-il encore se développer ? 

Présent dans de grandes villes comme Paris, le service Gobee.bikes délaisse la capitale belge. Les vélos partagés en libre-service ont été saccagés et vandalisés depuis leur arrivée à Bruxelles. Des deux-roues peu chers et, par conséquent, peu résistants estime le GRACQ. Des vélos qui ne sont pas adaptés à une utilisation de longue durée précise l’organisation.

De son côté le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet se dit surpris par cette décision. Il estime qu’il y a encore moyen de développer le marché des vélos partagés en libre service.

  • Etat des lieux avec Michel Geyer et Quentin Rosseels

Partager l'article

10 janvier 2018 - 17h27

Trouvez un emploi avec Stepstone :