Olivier Maingain (DéFI) réagit à la sortie du cdH et propose une réunion du parti ce mardi midi

Le président de DéFI Olivier Maingain est actuellement au Canada pour une réunion des maires de la francophonie, avec notamment le ministre-président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort (PS). Il a donc appris quelques minutes après la conférence de presse du président du cdH Benoît Lutgen la décision de quitter les gouvernements wallon et bruxellois tant que le PS y reste.

Olivier Maingain a réagi à cette sortie du président du cdH chez nos confrères du Soir : « De la part du Benoît Lutgen, c’est une opération de tentative de sauvetage du cdH. Si ce parti avait voulu avancer récemment dans la gouvernance, il pouvait le faire ces dernières années, il est au pouvoir en Wallonie et à Bruxelles ». Bref, DéFI reste prudent face à la proposition du cdH. « Les trois partis traditionnels ont tous les trois de grosses responsabilités », explique encore Olivier Maingain.

Selon nos informations, le président de DéFI rentrera en Belgique plus tôt que prévu et sera de retour au pays ce mardi matin. Il présidera une réunion du parti ce mardi, à midi, afin de prendre une décision sur les suites à donner à cette décision du cdH.

Gosuin : « Je ne rentre pas dans ce genre de combine »

« Je comprends qu’il (Benoît Lutgen, ndlr) critique comme moi le PS après le scandale de Publifin, mais mettre des gouvernements cul par-dessus tête, ce n’est pas une méthode« , a réagi pour sa part le chef de file de DéFI au gouvernement bruxellois Didier Gosuin. « Le cdH a été un long compagnon de route du PS. Agir de la sorte, c’est une manière de se donner du poids ».

Selon lui, le MR n’est pas à l’abri des critiques en matière de gouvernance dans le dossier du Kazakhgate, dans lequel l’ancien président du Sénat et désormais ex-bourgmestre d’Uccle Armand De Decker a joué un rôle de premier plan. « Je ne rentre pas dans ce genre de combine », a conclu Didier Gosuin. (Gr.I., avec Belga, photo Belga)

Partager l'article

19 juin 2017 - 18h12