Modifier la limitation de vitesse sur l’autoroute en fonction de la densité du trafic ?

emboutVers une adaptation de la limitation de vitesse sur autoroute en fonction de la densité du trafic ? Il y a un peu plus d’un an, l’IBSR a lancé une étude autour de cette question. Des signaux lumineux inviteraient les usagers à passer à 90 km /h, puis 70 km/h voire 30 km/h en cas de réseau saturé. Résultats : une diminution des temps de parcours jusqu’à 25%, une baisse du nombre de tués de 6%, une réduction de 7% de particules fines et une hausse de la vitesse moyenne des véhicules de 44 à 57 km/h.

Le Ministre de la Mobilité François Bellot a pris connaissance de cette étude. Il y voit « un stimulant pour continuer à développer sa politique en faveur des Systèmes de Transport Intelligents (ITS) » explique-t-il dans un communiqué de presse.

Le Ministre fera parvenir l’étude à ses collègues régionaux et l’ajoutera comme point de discussion à l’ordre du jour du prochain Comité Exécutif des Ministres de la Mobilité (CEMM).

« Une stratégie visant à développer des vitesses intelligentes sur nos routes ne signifie pas uniquement envisager des limites de vitesse à la baisse. Dans les zones fluides et non-accidentogènes, je souhaite également rendre possible l’installation de tronçons d’autoroute à 130 km/h » a déclaré le Ministre Bellot. « Mais si cela s’avère nécessaire, certains tronçons pourraient également être diminués à 110 km/h ».

Le Ministre Bellot souligne qu’un relèvement de la vitesse à 130 km/h à titre de mesure générale n’est pas à l’ordre du jour.

Partager l'article

18 mai 2017 - 07h53