Disparition de Jihane à Anderlecht : la chambre du conseil prolonge la détention préventive d’Aurel C.

Suspect - Jihane - Anderlecht

La chambre du conseil de Bruxelles a prolongé vendredi la détention préventive d’Aurel C. (45 ans), l’homme soupçonné d’avoir enlevé dimanche la petite Jihane El Oizi, âgée de 6 ans. Il demeure inculpé du chef de détention arbitraire et enlèvement, a indiqué vendredi le parquet de Bruxelles. Selon ses propres dires, il aurait voulu aider Jihane puis, après avoir appris qu’un avis de recherche avait été lancé pour la retrouver, aurait décidé de se rendre au commissariat de police. C’est lorsque qu’il est sorti de chez lui avec l’enfant qu’il a été arrêté.

Jihane El Oizi avait disparu dimanche après-midi alors qu’elle se trouvait avec son père au marché des Abattoirs d’Anderlecht. Son père l’a perdue de vue vers 15h00 et la fillette avait disparu depuis lors. Lundi matin, la police fédérale a diffusé un avis de recherche dans lequel figurait la description de Jihane et d’un homme aperçu en sa compagnie. Vers 11h45, la police a pu retrouver Jihane et interpeller le suspect, aux abords de son domicile dans le centre de Bruxelles grâce à une information qui lui avait été fournie.

Selon ses avocats Mes Bernard Ayaya et Lowanbuy Kakiese, Aurel C. aurait déclaré avoir voulu aider Jihane parce qu’elle s’était perdue. Pensant qu’il s’agissait d’une fillette Rom, il n’aurait pas eu confiance en la police car il estimait que cette dernière ne savait pas s’y prendre avec les filles Rom. Il aurait également indiqué qu’il voulait conduire l’enfant à l’ambassade de Roumanie sans préciser pourquoi il a attendu si longtemps pour le faire. Aurel C. n’aurait pas davantage expliqué pourquoi il a revêtu la fillette d’autres vêtements ou pourquoi il s’est rasé la barbe et les cheveux. Il n’a pas non plus fourni d’explications sur son profil Facebook sur lequel figurent des photos de jeunes filles à demi nues et des citations religieuses. Il n’a pas non plus indiqué ce qu’il a fait avec l’enfant, selon ses avocats. Ces derniers ont précisé qu’Aurel C. se montrait très peu loquace envers eux et affirmait que seul Dieu pouvait le juger et que la justice des hommes était approximative.

Aurel C. et Jihane auraient discuté ensemble mais il n’a pas révélé le contenu de ces conversations à ses avocats. Le résultat des perquisitions menées à son domicile n’est pas encore connu. Si l’homme n’a pas d’antécédents judiciaires en Belgique, on ignore s’il en va de même en Roumanie et des devoirs d’enquête seront ordonnés afin de vérifier ce qu’il en est.

Le juge d’instruction a ordonné une expertise psychologique et et psychiatrique d’Aurel C. Son ordinateur a été saisi et le contenu en sera analysé, de même que celui de son compte Facebook. Sur base du contenu de son profil Facebook et de déclarations de son ancien propriétaire, plusieurs médias avaient insinué qu’Aurel C. aurait des tendances pédophiles. Mardi, le parquet précisait cependant ne pas disposer à ce stade de l’enquête d’éléments accréditant des faits de mœurs pouvant lui être imputés. (Belga, photo Police fédérale)

Partager l'article

16 juin 2017 - 17h39