Crise politique: Ecolo discutera surtout de Bruxelles et s’associe avec Groen

Zakia Khattabi pictured during a session of the parliamentary inquiry commission on the plea agreement, at the federal parliament, in Brussels, Wednesday 31 May 2017. This commission inquires the circumstances which led to the approbation and the application of the law of 14 April 2011 on the plea agreement. BELGA PHOTO DIRK WAEM

Les discussions à Bruxelles impliqueront dès lors Groen, les écologistes néerlandophones. « Les 17 propositions mises sur la table par Ecolo ont déjà été discutées avec Groen », a souligné Mme Khattabi. La seule nouveauté est l’implication des néerlandophones dans les discussions sur la bonne gouvernance. Par rapport à l’appel du président de DéFI, Olivier Maingain, dimanche, à établir un cahier des charges avec Ecolo pour forcer les autres partis à se positionner sur la gouvernance, Mme Khattabi a confirmé qu’elle ne voyait « rien de neuf sous le soleil ». « Notre ligne est claire depuis le début, nous discutons avec l’ensemble des partis et (l’appel de M. Maingain) s’inscrit dans ce cadre », avait-elle souligné à son arrivée au bureau. Elle a précisé à sa sortie qu’elle n’avait pas encore reçu d’invitation formelle de la part de DéFI pour discuter. « Ce qui nous intéresse est que les lignes bougent. A partir du moment où cela avance, nous applaudissons », a-t-elle commenté. Avec le parti amarante, « cela risque d’aller plus vite (qu’avec le MR et le cdH, ndlr) », a encore ajouté la co-présidente des Verts. Mme Khattabi « n’imagine pas que M. Maingain tende la main » à Ecolo sans être d’accord avec leurs propositions.

Du côté wallon, des avancées risquent d’être plus difficiles à obtenir, « le MR et le cdH restant sur leurs positions », jugées insuffisantes par les écologistes jeudi dernier. Depuis que le cdH a appelé, le 19 juin, à former des majorités sans le PS en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles, Ecolo a érigé la bonne gouvernance comme priorité avant de discuter d’éventuelles majorités gouvernementales. Les partis humaniste et libéral négocient depuis pour constituer de nouveaux gouvernements, ils ne disposent cependant à deux d’une majorité qu’en Wallonie. (Belga)

Partager l'article

17 juillet 2017 - 12h35