Décès de la petite Malaïka : les avocats de la puéricultrice plaident l’acquittement

Me Cédric Moisse et Me Sven Mary ont plaidé, mardi matin devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, l’acquittement au bénéfice du doute pour leur cliente, la puéricultrice prévenue d’avoir causé la mort de la petite Malaïka. Cette fillette de 10 mois, qui était accueillie à la crèche “Bébé câlins” à Berchem-Sainte-Agathe, était décédée le 21 mars 2015 des suites du syndrome du bébé secoué.

Les conseils de la défense, Me Cédric Moisse et Me Sven Mary, ont plaidé l’acquittement de la prévenue, au bénéfice du doute. Ils ont également plaidé, à titre subsidiaire, la disqualification des faits en coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La procureure et les conseils de la partie civile, eux, ont demandé au tribunal de reconnaître la prévenue coupable de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. “Le rapport du médecin parle d’un traumatisme crânien causé vraisemblablement par secousse. On ne parle pas de certitude“, a notamment avancé Me Moisse. “Peut-on se contenter d’une haute probabilité ou d’une vraisemblance?“, a-t-il questionné. “Il faut aussi envisager d’autres hypothèses. Il est possible que la puéricultrice ait saisi la fillette trop brusquement en la sortant de son lit. Il faudrait alors envisager les coups involontaires”, a-t-il dit.

Malaïka, un bébé de 10 mois, était décédée à l’hôpital le 21 mars 2015. Elle y avait été admise après avoir fait un malaise à la crèche “Bébé câlins” à Berchem-Sainte-Agathe. L’autopsie avait ensuite révélé que l’enfant avait été victime du syndrome du bébé secoué. L’une des puéricultrices de la crèche avait alors été inculpée. Elle est aujourd’hui prévenue d’avoir violemment secoué la fillette, raison pour laquelle elle a fait ce malaise et est décédée.

Avec Belga

Partager l'article

19 septembre 2017 - 15h49