Des navettes de la STIB sans conducteur testées dès cet été

La STIB a réceptionné vendredi le premier de deux véhicules autonomes pris en location pour quelques mois afin de tester, dans un premier temps, durant l’été, dans le parc de Woluwe, ce nouveau mode de déplacement.

Les premiers essais auront lieu sans public. Mais à partir du 28 juin, et jusqu’au 22 septembre, celui-ci pourra prendre place à bord des deux véhicules mis au banc d’essai sur un parcours d’1,5 km.

La STIB a prévu une deuxième période d’essai, entre les vacances d’automne 2019 et du printemps 2020, sur le site de Solvay, à Neder-Over-Heembeek. Paramètre de mise à l’épreuve complémentaire: les navettes autonomes y seront confrontées aux piétons, cyclistes, voitures, carrefours et aires de stationnement.

Mais comme annoncé mercredi à l’occasion de la présentation du rapport annuel de la STIB, les deux véhicules SAM-e (Smart Autonomous Mobility electric), loués dans la livrée du charroi de véhicules de la STIB, seront d’abord soumis à un test dans le parc de Woluwe, sans passagers, sur un parcours préprogrammé d’1,5 km, et de cinq arrêts.

Ces petits véhicules (4m de long, 2m de large) comportent 6 places assises et 6 places debout. Ils sont construits par la firme française EasyMile, et louées chez USH (Lab Box/D’Ieteren). Equipés de systèmes de détection (Lidar) aux 4 coins du véhicule et sur le toit, ils sont en mesure de détecter les obstacles fixes et en mouvement qui entrent dans leur environnement et de réagir en conséquence.

Des éléments fixes de repérage (poteaux) sont installés le long du trajet afin de permettre aux navettes de se repérer dans leur environnement. Des poteaux sont également installés pour marquer les arrêts et des quais démontables y sont placés.

Le parcours relie, via de larges voies asphaltées, l’avenue de Tervuren et, notamment, le centre sportif communal situé au coeur du parc de Woluwe. Dans une seconde phase, il est prévu de l’étendre sur 1,8 km.

Le site du parc de Woluwe a été choisi avec Bruxelles Environnement pour son absence de circulation automobile, la largeur de ses allées asphaltées (8 m) et la présence de courbes, ce qui rend le parcours plus intéressant d’un point de vue technique.

“Dans le futur, d’autres tests pourraient être menés, au sein de grands sites étendus comme un campus, un hôpital, d’autres grands parcs, etc. Nous sommes engagés dans un réel processus d’apprentissage pas-à-pas, avec nos voyageurs et notre personnel”, a affirmé vendredi le CEO de la STIB, Brieuc de Meeûs.

La STIB a injecté 600.000 euros dans le test lancé vendredi en collaboration avec Bruxelles Environnement, la commune de Woluwe Saint-Pierre et le groupe RATP.

 ► Reportage de Marie-Noëlle Dinant et Béatrice Broutoux 

Belga

Partager l'article

07 juin 2019 - 11h58