Découvrez   

Nouvel hôpital Delta : convois d’ambulances tout le week-end pour le transfert des patients

Jusqu’à 140 patients hospitalisés à la clinique Edith Cavell à Uccle seront transférés samedi, de 06H50 du matin jusqu’à 18H00, vers le nouvel hôpital Delta à Auderghem. Le transfert du matériel médical se terminera dans la soirée. Dimanche, ce sont 80 à 90 patients de la clinique du Parc Léopold à Etterbeek, ainsi que du matériel médical, qui seront transportés entre 07H30 et 16H00 jusqu’au site de Delta. La circulation sera perturbée en conséquence dans les communes d’Uccle, Ixelles, Etterbeek et Auderghem. La police bloquera des rues autour des cliniques Edith Cavell et du Parc Léopold.

Le Centre hospitalier interrégional Edith Cavell (CHIREC) a pris du temps pour mettre sur pied un plan de déménagement. Son directeur général médical, le Dr Philippe El Haddad, est un médecin urgentiste, détenteur d’un diplôme de médecine de catastrophe. Il se dit confiant dans sa bonne exécution. Le transfert de l’ancien hôpital civil de Charleroi dans l’hôpital Marie Curie, inauguré en 2014, a quelque peu servi de base de travail.

La chirurgie programmée a été arrêtée au 1er décembre. Les ascenseurs ont été testés et leur capacité de transport évaluée avec des techniciens.

Le matériel transporté sera notamment issu des salles d’opération, des unités de soins intensifs et du service de néonatologie.

Les transferts mobiliseront 5 ambulances médicalisées, 2 ambulances équipées de 3 couveuses et 15 ambulances normales. Les convois seront escortés par la police, avec une voiture à l’avant et une à l’arrière de chaque cortège. Un véhicule d’intervention médicalisé, avec un médecin et un infirmier du SIAMU (Service d’Incendie et d’Aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale) à son bord, s’immiscera dans chacun des convois de patients, afin de pouvoir intervenir rapidement si un problème survenait. Chaque malade portera sur sa poitrine une fiche renseignant sa pathologie et son traitement.

Les patients hospitalisés seront vus par un médecin avant leur sortie et à leur arrivée à l’hôpital Delta. Les malades ayant les pathologies les plus lourdes seront transportés en premier. Dans chacune des deux cliniques, une sortie sera réservée à ceux qui nécessitent un accompagnement médical. Ils seront transportés dans des ambulances médicalisés. La majorité des malades n’ayant pas besoin d’un accompagnement spécifique, ils seront orientés vers une autre sortie. Un troisième accès sera réservé au matériel médical.

Les services des urgences des sites Cavell et Léopold seront fermés samedi matin dès 08H00. Une permanence sera cependant assurée durant tout le week-end aux cliniques Edith Cavell et du Parc Léopold, ainsi qu’à l’hôpital Delta. A partir de 08H00 du matin samedi, les femmes susceptibles d’accoucher sont invitées à se rendre à la maternité du nouveau site Delta.

L’hôpital sera centré sur les patients avec des trajets optimisés pour les cas aigus

A la suite du transfert du matériel médical et des patients hospitalisés depuis les cliniques Cavell et du Parc Léopold ce week-end, le nouvel hôpital Delta ouvrira normalement lundi matin à Auderghem. Une journée portes ouvertes sera organisée pour son inauguration officielle le samedi 27 janvier.

Alors que les cliniques Cavell et du Parc Léopold accueillaient respectivement quelque 150 et 90 patients, l’hôpital Delta disposera de 545 lits, ce qui représente près de la moitié des 1.145 lits des hôpitaux du CHIREC.

La construction de cet hôpital de 104.000 m2 a coûté 314 millions d’euros, l’achat d’équipements neufs 80 millions et le déménagement 1 million. La conception des lieux a été pensée pour qu’ils soient modulables et adaptables dans le temps selon les besoins. L’hôpital est particulièrement lumineux, même dans les étages inférieurs grâce à de nombreux puits de lumière qui traversent le bâtiment.

Cet hôpital moderne est entièrement centré sur le patient. “L’étage -1 comporte tout ce qui est technique au sein de l’hôpital: le service des urgences, l’imagerie médicale, le quartier opératoire et les soins intensifs”, explique le Dr Philippe El Haddad, directeur général médical du CHIREC. “Si une ambulance amène un malade polytraumatisé, il sera soigné rapidement au service des urgences. S’il a besoin d’un scanner, d’une résonance ou d’une échographie, il suffira de traverser un couloir pour être dans le service d’imagerie. Donc, il n’y aura plus de transferts à travers l’hôpital et on sait qu’il y a une morbidité importante lors de ces trajets. Si lors d’un scanner, on découvre une lésion qui doit être opérée en urgence, il suffira de traverser un autre couloir et pour qu’il soit surveillé aux soins intensifs c’est encore un seul couloir. Dans tout le parcours aigu, il n’y a pas un seul ascenseur, ce qui facilite le transfert des patients”.

Au 1er étage, pour les consultations, le plateau de 11.000 m2 est divisé en pôles médicaux. Ainsi, le pôle locomoteur est situé à proximité du service de radiographies et de celui de la kinésithérapie.

Le Centre hospitalier interrégional Edith Cavell (CHIREC) sera dès lors composé du nouvel hôpital Delta, de l’hôpital de Braine-l’Alleud à Waterloo (300 lits) et de la Clinique Ste-Anne St-Remi à Anderlecht (300 lits). Il disposera également de deux sites hospitaliers de jour (la clinique de la Basilique et le centre médical Edith Cavell) ainsi que de trois centres médicaux (la City Clinic Chirec Louise, Europe Lambermont, Parc Léopold) à Bruxelles et du centre médical Jean Monnet à Nivelles. Le CHIREC fait pratiquement de toutes les spécialités, à l’exception de la chirurgie cardiaque. Il est parmi les hôpitaux qui comptent le plus d’admissions chirurgicales en hôpital de jour (55.00 admissions par an) et parmi ceux qui pratiquent le plus de chirurgies orthopédiques froides (plus de 2.000 prothèses par an).

A la question de savoir si la venue de ce nouvel hôpital à l’heure de la réforme de la mise en réseau de la ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block pourrait inquiéter la vingtaine d’hôpitaux que compte la région bruxelloise, Renaud Mazy, administrateur-délégué des Cliniques universitaires Saint-Luc, répond avec confiance: “Le paysage hospitalier belge est en plein mouvement et les défis sont nombreux: création de réseaux, informatisation toujours plus accrue, changements dans la manière d’exercer la médecine et les soins infirmiers, approches en filière plutôt qu’en services… Ceci implique de devoir reconstruire les bâtiments souvent vieillissants de nos hôpitaux bruxellois. Nous y travaillons également activement aux Cliniques universitaires Saint-Luc”.

Belga

Partager l'article

08 décembre 2017 - 06h49
Modifié le 08 décembre 2017 - 10h08