Mogi Bayat fait procéder à une saisie des avoirs du RSC Anderlecht, le club est “indigné”

A la suite du scandale des matchs truqués qui a éclaté en octobre dernier dans le football belge et de l’opération “Mains Propres” qui a été lancée par la justice belge, le Sporting d’Anderlecht avait décidé de ne payer les agents de joueur “qu’en cas de transparence totale sur l’ensemble des transactions de transfert et sur la société qui établit la facture“. Mogi Bayat a décidé de faire saisir et bloquer les sommes qu’il estime lui être dues

L’agent de joueurs de football Mogi Bayat, une des figures clé dans l’opération “Mains Propres” que la justice belge a entrepris dans le football belge, a fait procéder mardi à une saisie des avoirs du RSC Anderlecht. Le club de Jupiler Pro League se déclare “indigné” par cette procédure, mardi sur son site internet. Il ajoute qu’il continuera à se porter partie civile dans ce dossier judiciaire et qu’il n’effectuera les paiements dus que lorsque toute la clarté sur les transactions de transfert sera faite. Le RSCA conclut qu’il “n‘a d’autre choix que de défendre ses droits devant les tribunaux.

A la suite du scandale des matchs truqués qui a éclaté en octobre dernier dans le football belge et de l’opération “Mains Propres” qui a été lancée par la justice belge, le Sporting d’Anderlecht avait décidé de ne payer les agents de joueur “qu’en cas de transparence totale sur l’ensemble des transactions de transfert et sur la société qui établit la facture“. Le club avait aussi décidé de se porter partie civile dans le dossier. Dans le cas de Mogi Bayat, “il existe – en raison d’un manque de transparence – des doutes quant à certains transferts qu’il a exécutés à titre de mandataire du RSC Anderlecht. Le club en a informé Bayat, tout comme les conséquences, à savoir une suspension de paiement jusqu’à ce que toute la clarté soit faite sur toutes les transactions de transfert“, écrit le RSCA. A la suite de cette décision, Mogi Bayat a donc décidé d’agir en faisant saisir et bloquer les sommes qu’il estime lui être dues.

Belga – Photo Belga

Partager l'article

20 février 2019 - 07h02