Hockey sur gazon : les Red Panthers battues par l’Espagne et éliminées en poules

La Belgique (FIH-9) n’a pas réussi à se qualifier pour les demi-finales de son Euro de hockey féminin, mercredi soir à Anvers. Les Red Panthers se sont inclinées 0-1 devant l’Espagne dans leur 3e et dernier match du groupe A, terminant à la 3e place de leur poule.

Toujours sans Emilie Sinia, blessée au pouce de la main droite, la Belgique a connu un premier quart-temps difficile. Choisissant de réagir sur contre-attaque, les joueuses de Niels Thijssen eurent beaucoup de difficultés pour sortir du pressing espagnol. Sans se créer une seule occasion de but, les Panthers ont subi le jeu, concédant un premier penalty corner (pc) en fin de période, mais bien dévié du gant par Aisling D’Hooghe.

Elodie Picard prit sa place entre les poteaux dans le deuxième quart, Thijssen restant fidèle à une tournante entre ses deux gardiennes. La pression des Red Sticks ibères s’intensifia au fur et à mesure de l’approche du repos, mais les Belges résistèrent. Au repos, les statistiques furent nettement à l’avantage des Espagnoles, avec 62 pour cent de possession de balle, 7 entrées de cercle contre une et 2 pc pour 0 à la Belgique.

L’ouverture du score tomba logiquement donc 4 minutes après la reprise. Carlota Petchame dévia en hauteur une balle que ni D’Hooghe ni Aline Fobe n’ont réussi à sortir de la trajectoire vers le but (0-1, 34e).

La réaction belge fut immédiate. Combinant en équipe, les Panthers campèrent dans les 50 mètres espgnols jusqu’à la fin de la 3e période, mais hormis un pc elles ne se créèrent pas d’occasion franche. Malgré une débauche d’énergie des Belges dans le dernier quart et jouant à onze joueuses de champ dans les 5 dernières minutes, le score n’a plus évolué.

Les Belges terminent à la 3e place du groupe avec 4 points, derrière les Pays-Bas, 2e avec 5 unités, qui rencontrera en demies l’Angleterre, 1e du groupe B. Grâce à ce court succès, l’Espagne termine 1e de la poule avec 7 points et jouera sa demi-finale vendredi contre l’Allemagne, 2e du groupe B. La Belgique est versée dans une poule C pour le maintien avec la Russie (FIH-23), l’Irlande (FIH-8) et le Belarus (FIH-22).

“On avait un peu peur”

“L’Espagne était mieux dans le match que nous”, a réagi Aline Fobe à sa sortie de terrain après cette défaite des Red Panthers. “Les Espagnoles en voulaient plus que nous, je trouve. Les duels étaient plus pour elles. Il est important de répondre présent dès la 1ère minute. Plus oser jouer notre jeu également. On avait un peu peur ce soir, j’ai l’impression”, confie la défenseuse d’aile.

Impliquée avec la gardienne Aisling D’Hooghe sur la phase amenant le but espagnol, Fobe explique ne pas avoir compris la décision de l’arbitrage vidéo. “J’avoue que sur la phase qui amène le goal je suis moi-même encore dans le doute. Je vois clairement la balle sur la jambe de la joueuse adverse. J’étais aussi étonnée que la plupart des spectateurs de la décision de l’arbitre vidéo. À ce moment là, c’est vrai que cela a joué dans nos têtes. On doit aussi apprendre à remettre nos esprits à zéro après ce genre de circonstances. Ne pas être frustrées mais continuer à essayer de jouer notre jeu parce que rien n’était fait et il restait assez de temps de jeu. Le qualificatif olympique est notre objectif majeur de notre saison. On sera prêtes. C’est un long processus en soi et ce n’est pas ce match-ci qui compte. À partir de demain, on se remet au travail.”

“Notre mental a pris un coup”

“Un succès mérité de l’Espagne, pas seulement au vu de la première mi-temps, mais aussi sur l’ensemble de la partie”, a reconnu Judith Vandermeiren. “Les Espagnoles ont été particulièrement agressives en première période. On a eu beaucoup de difficultés à sortir de défense, alors qu’en même temps nos lignes offensives ne sont pas parvenues à les mettre sous pression. Elles se sont montrées meilleures à tous niveaux, mais comme le marquoir indiquait toujours 0-0 au repos, rien n’était perdu. À partir du moment où l’on a encaissé, notre mental en a pris un coup. Même si l’on a réussi à mieux rentrer dans la partie, on n’est pas parvenu à inverser la tendance.”

Même en jouant à onze joueuses de champ sans gardienne, les Panthers n’ont pas réussi à inquiéter la défense espagnole en fin de match. “Lorsque l’on sort Aisling à cinq minutes du terme, l’on sait qu’il fallait jouer par les ailes, mais nous nous sommes enfermées dans l’axe en dribblant de manière trop individuelle. Était-ce du stress ou de la fatigue, je ne sais pas mais on n’a pas suivi le plan établi. Il faudra en parler en équipe parce que d’ici quelques semaines il y aura le qualificatif pour les Jeux de Tokyo et si une telle situation devait se représenter il faudra trouver une solution et ne pas baisser la tête”, a souligné la défenseuse centrale des Red Panthers. (avec Belga)

■ Images et interviews de Belga/Daniel Techy, photos de Belga/Dirk Waem.

Partager l'article

22 août 2019 - 07h25