Violences policières contre La Voix des Sans-Abris : une enquête mais pas de sanction

Une enquête interne a été menée suite à l’intervention musclée de la police face au collectif La Voix des Sans-Abris, le 18 novembre dernier dans la rue des Sables, à Bruxelles, indique le bourgmestre Philippe Close (PS) dans La Capitale.

Le 18 novembre dernier, près de 80 personnes du collectif La Voix des Sans-Papiers souhaitaient déménager de l’hôtel Astrid, qu’ils occupaient jusque là, vers un nouvel immeuble de la rue des Sables, à Bruxelles. Une patrouille de la brigade anti-agression a toutefois interpellé les personnes présentes, suite à l’appel de voisins qui pensaient voir une tentative d’effraction. Les policiers de la brigade ont alors fait usage de la force et usé de gaz lacrymogène et d’une arme non létale à air comprimé.

Lire aussi : La Voix des Sans-Papiers violemment prise à partie lors d’une nouvelle occupation

Interpellé par le conseiller de police ixellois Geoffrey Roucourt (Ecolo) quant à cette intervention musclée dont il déplore “l’usage disproportionné de la force”, le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS) a répondu qu’une enquête interne avait été mené. Il s’avère que les policiers s’étaient trompés de rue et avaient été appelés à la rue du Marais, et non à la rue des Sables. Aucune sanction n’a toutefois été demandée, et Philippe Close demande pour sa part que l’usage des armes non létales soit à l’avenir mieux contrôlé.

Gr.I. – Photo : D.R.

Partager l'article

21 décembre 2017 - 08h25