Trop de plomb dans l’eau du robinet de plusieurs casernes de la police fédérale

Une étude a révélé que le personnel de la police fédéral de trois des casernes de la capitale buvait de l’eau du robinet dont la teneur en plomb était est 13 fois supérieure à celle autorisée par les normes européennes, la faute aux trop vieilles canalisations.

Ce sont les casernes Géruzet, Lieutenant Général Baron de Witte de Haelen et Quartier Couronne qui sont concernées. Une entreprise indépendante a contrôlé la qualité de l’eau début juin dans ces lieux et a partagé ses résultats, une teneur en plomb 13 fois supérieure aux normes européennes, donc. “La norme européenne est bien plus dépassée que ce qui est généralement admis”, regrette, le représentant syndical, Marc Duplessis du CGSP Police à nos confrères de Het Laaste Nieuws. “Le personnel boit cette eau depuis des années et en fait du café plusieurs fois par jour (…) En fait, la police fédérale empoisonne son pers,nnel depuis des années”.

L’article de Het Laaste Nieuws précise que la teneur en plomb de l’eau peut s’avérer dangereuse sur le long terme: “Cela peut entraîner une anémie, c’est mauvais pour les reins et cela fragilise l’ossature”, explique Jan Tytgat, toxicologue à l’UCLouvain.

La police a demandé le remplacement des conduites d’eau vétustes

La police reconnaît l’existence du problème et explique exhorter la Régie des bâtiments, qui est le propriétaire des casernes, d’y faire remplacer les canalisations en plomb. Inutile de paniquer, précise cependant la police: “Il y a assez d’affiches et d’autocollants partout pour signaler au personnel de ne plus consommer l’eau du robinet”.

“Nous avons pris différentes mesures. Aux points d’eau problématiques, des affiches ont été placées pour avertir le personnel et de l’eau en bouteille est mise à disposition. La teneur en métaux trop élevée de l’eau à ces endroits résulte de la vétusté de certaines conduites d’eau. Nous avons donc fait la demande auprès de la Régie des bâtiments pour les remplacer”, explique Jonathan Pfund, porte-parole de la Police Fédérale. “Également, les membres du personnel qui le souhaitaient ont été examinés par le médecin du travail. Tout était normal chez ceux qui ont été examinés jusqu’à présent. Ces constats font l’objet d’une attention particulière de la part de la Police Fédérale en ce moment et des discussions ont lieu avec les syndicats pour répondre aux attentes du personnel”, a-t-il ajouté. Entre le 6 et le 12 juin dernier, Vivaqua a prélevé des échantillons d’eau dans différents bâtiments de la police fédérale à Bruxelles. Les analyses ont mis en évidence 43 points d’eau où la teneur en métaux est trop élevée, dont quatre où la norme est dépassée.

► Reportage de Jean-Christophe Pesesse

Partager l'article

08 juillet 2019 - 16h36