Pascal Smet, un secrétaire d’Etat déterminé, en charge de compétences pas toutes confortables

Après cinq ans passés à la tête du département de la Mobilité et des Travaux Publics, Pascal Smet est reparti pour un tour au gouvernement bruxellois, mais cette fois comme secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, du Patrimoine, des Relations et du Commerce Extérieur, et du peu confortable dossier du SIAMU.

Après une législature au gouvernement flamand où il était en charge de l’Enseignement, Pascal Smet était revenu en 2014, avec un plaisir à peine dissimulé, au gouvernement bruxellois dont son parti avait été éjecté à l’issue du scrutin de 2009.

Âgé de près de 52 ans, Pascal Smet est né à Haasdonk, dans l’entité de Beveren-Waas. Il est l’aîné d’une famille de trois garçons nés dans le milieu ouvrier. Licencié en droit à l’université d’Anvers en 1990, son éveil de conscience politique survient concrètement en 1985, à l’occasion de la manifestation contre l’installation de missiles américains en Europe, à laquelle il prend part, comme les socialistes emmenés par le président du SP Karel Van Miert. Il entame sa carrière politique à la fin des années ’80, comme conseiller communal à Beveren, et ensuite provincial de Flandre Orientale. Entre 1990 et 1992, il occupe la présidence des jeunes socialistes flamands.

En 1991, il entre au Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides en tant que gestionnaire de dossier. Après une année 1997 passée au cabinet du ministre de l’Intérieur Johan Vande Lanotte, il revient au sein de cette institution, en tant que commissaire général adjoint. Un an plus tard, il hérite du strapontin de directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Intérieur libéral francophone Antoine Duquesne. Au début de l’année 2001, il fait un nouveau retour au Commissariat Général aux réfugiés, mais comme commissaire général.

En mauvaise posture électorale à Bruxelles en 2003, le sp.a présidé par Steve Stevaert, le propose en remplacement du secrétaire d’Etat bruxellois Robert Delathouwer, en septembre, à près d’un an des élections. D’emblée, il fait volontiers étalage de ses idées pour imprimer Bruxelles de sa marque avec plus ou moins de succès en fonction des dossiers. Ses combats en faveur d’une plus grande place à la mobilité douce (piétons et cyclistes) ont produit plus de résultats au fil des ans que la palme médiatique décernée à son projet jamais réalisé de piscine à ciel ouvert. Au scrutin régional de 2004, le sp.a est la troisième formation flamande, au nez et à la barbe du CD&V. Pascal Smet devient ministre.

Il donne un coup d’accélérateur à la politique cyclable

Il hérite du département du Transport et des Travaux publics. Il donne notamment un coup d’accélérateur à la politique cyclable en Région-capitale, à l’image du lancement des vélos en libre service. En juin 2009, le sp.a est renvoyé dans l’opposition malgré sa seconde place derrière l’Open Vld qui constitue une majorité avec le CD&V et Groen. Ce fait politique est mal vécu par Pascal Smet qui comptait sur une plus grande proximité de son parti avec Groen pour devenir le pivot de la majorité flamande bruxelloise. Qu’à cela ne tienne, il sera désigné quelques semaines plus tard ministre de l’Enseignement au sein du gouvernement flamand.

Revenu au gouvernement bruxellois en 2014, cet amoureux de la petite reine a été contraint de mettre beaucoup d’énergie dans le dossier de la rénovation des tunnels bruxellois. Leur examen minutieux, réalisé à sa demande, au cours de l’année 2015 a révélé d’inquiétants signaux de dégradation. En novembre 2016, il doit renoncer temporairement à ses activités pour soigner une pneumonie sévère. Plutôt fonceur, Pascal Smet n’hésite pas à dire ce qu’il pense ni à proposer des projets novateurs, avant de savoir s’ils ont des chances de faire consensus, ce qui donne de lui l’image d’un homme persévérant auprès de ses partisans, plutôt entêté, auprès de ses détracteurs.

Le 15 décembre 2017, sa comparaison de Bruxelles, “à la fois belle, excitante et déplaisante” à une prostituée, avait ainsi provoqué des réactions indignées de la classe politique, malgré ses excuses.

Belga

Partager l'article

18 juillet 2019 - 08h00