Peut-on guérir du sida? Un deuxième cas de rémission durable

Dix ans après le premier cas, un deuxième patient connait une rémission durable du VIH. 

“C’est une note d’espoir qui ne peut malheureusement pas être généralisée d’emblée”, souligne Jean-Christophe Goffard, responsable du centre de référence SIDA à l’Hôpital Erasme.

Il revient sur l’histoire exceptionnelle de ce cas de guérison. “C’est un patient qui est séropositif. Cela se passe à Londres. Ce sont les équipes de Cambridge, Oxford et de Imperial College qui s’occupent de lui. Depuis 2003, il est traité et va bien sous son traitement antirétroviral. Pas de chance, il développe un cancer qu’on appelle un lymphome. Un cancer qui normalement se guérit par une chimiothérapie, mais pas dans tous les cas. Chez lui, malheureusement, ça ne fonctionne pas. Il doit recevoir une greffe de moelle; une greffe de cellules souches pour espérer en dernier recours de le guérir de son lymphome, pas du VIH. Mais il se trouve que parmi les donneurs potentiels, il y en a un qui a une mutation dans la porte d’entrée du VIH et donc on sélectionne ce donneur-là pour pouvoir transplanter les cellules chez le patient”.

Ce gène est d’ailleurs une découverte belge. Il a été cloné à l’ULB.“Cette mutation correspond à un petit morceau de la porte d’entrée qui est détruit et qui empêche le virus de rentrer dans nos cellules. Les personnes qui sont porteuses de cette mutation-là n’attrapent jamais le VIH”, précise-t-il.

Le patient anglais est actuellement à 18 mois d’arrêt du traitement.

Même si la découverte est de taille, Maureen Louhenapessy, directrice adjointe de la Plate-forme Prévention Sida, rappelle qu’il ne faut pas baisser la garde pour autant. “C’est très important et ça donne des pistes vers le futur de cette guérison tant attendue depuis toujours. En même temps, la prévention reste tout aussi importante et fondamentale”.

Partager l'article

05 mars 2019 - 19h21