Le taux brut de natalité en baisse pour la 7e année consécutive en Belgique

Le taux brut de natalité est en baisse pour la septième année consécutive en Belgique et s’établit à 10,5 pour 1.000, indiquait mardi l’office belge de statistique Statbel sur base de données de 2016 et 2017. Le nombre de naissances vivantes issues de mères résidant sur le territoire belge est ainsi descendu sous la barre des 120.000 “pour une population toujours légèrement en croissance”.

L’indice conjoncturel de fécondité s’établit à 1,64 enfant par femme en moyenne, contre 1,68 en 2016. La fécondité belge se situe cependant toujours au-dessus, même si de peu, de la moyenne européenne de 1,59 enfant par femme. D’un point de vue régional, la baisse de 2017 est plus importante en Flandre (de 1,66 à 1,62 enfant par femme), qu’en Wallonie (de 1,66 à 1,63) et à Bruxelles (de 1,82 à 1,80). “Cependant, sur le long terme, on assiste indéniablement à un rapprochement des fécondités régionales“, souligne Statbel.

Le nombre d’enfants par femme de nationalité belge est en fait similaire dans les trois Régions, ce sont les enfants nés de mères résidant en Belgique mais de nationalité étrangère qui expliquent la différence avec Bruxelles. Il est également à noter que les femmes ne disposant pas de la nationalité belge ont en moyenne plus d’enfants en Flandre (2,56 enfants par femme) et en Wallonie (2,33) que dans la capitale (2,06), où elles sont cependant plus nombreuses (comptant pour 52% des naissances, contre 21,6% en Flandre et 18,2% en Wallonie).

L’âge de la mère au moment de donner naissance à son premier enfant ne cesse par ailleurs de reculer. Une femme mettait au monde son premier né en moyenne à 28,9 ans en 1998 et à 27,3 ans en 2016. Les mères en Wallonie (28,4 ans) le deviennent plus tôt que leurs compatriotes de Flandre (28,9 ans) et de Bruxelles (30,1 ans).

Enfin, un peu plus d’un enfant sur deux naît hors mariage. La tendance est particulièrement soutenue en Wallonie (plus de 60%), tandis qu’en Flandre la moitié devrait bientôt être franchie. À Bruxelles, seules 35% des naissances vivantes ont lieu hors mariage.

Belga

Partager l'article

09 avril 2019 - 18h42