La gestion de la Grande Mosquée sera confiée à l’Exécutif des Musulmans et à une association locale

Le gouvernement annonce ce vendredi que la convention de la Grande Mosquée sera rompue et que sa gestion sera confiée à l’Exécutif des Musulmans, ainsi qu’à une association locale.

Le gouvernement fédéral a pris vendredi la décision de rompre la convention conclue avec l’Arabie saoudite qui organisait la concession de la Grande Mosquée de Bruxelles. Il met de la sorte en oeuvre une recommandation de la commission d’enquête sur les attentats terroristes qui vise à mettre fin à l’immixtion d’Etats étrangers dans l’islam enseigné en Belgique.

Un délai d’un an s’ouvre avec la décision, qui sera mis à profit pour constituer une nouvelle structure associant l’Exécutif des musulmans de Belgique et une communauté locale qui doit encore se constituer. Outre la gestion du lieu de culte, cette nouvelle structure s’occupera aussi de la formation d’imams.

Pour rappel, la gestion de la Grande Mosquée était déjà dans le collimateur depuis le non-renouvellement par Théo Francken (N-VA) du titre de séjour de l’un des imams, Abdelhadi Sewif, soupçonné d’avoir des liens avec des mouvances salafistes issues de l’islam radical. Le Conseil du Contentieux des Etrangers (CCE) avait par la suite annulé l’ordre de quitter le territoire de l’imam. Décision contre laquelle, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration avait introduit un recours.

Avec Belga 

► Lire aussi : l’Arabie Saoudite bientôt expulsée de la Grande Mosquée de Bruxelles 

► Lire aussi : Les Saoudiens sont prêts à remettre la Grande Mosquée de Bruxelles 

► Lire aussi : Le gouvernement discutera des propositions sur la Grande Mosquée 

Partager l'article

16 mars 2018 - 12h08