Les prisons de Forest et Saint-Gilles particulièrement touchées par la grève

Plus de neuf gardiens de prison sur dix (92,31%) étaient en grève vendredi matin à la prison de Forest. Ils étaient près de sept sur dix (67,95%) à Saint-Gilles et six sur dix (60%) à Arlon à avoir débrayé. Les chiffres ont été révélés vendredi matin par l’administration pénitentiaire.

Une grève de 24 heures a débuté jeudi à 22h00 dans toutes les prisons du pays. Les syndicats entendent arrêter le travail durant deux tours d’horloge chaque semaine afin de protester contre la manière dont le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) veut introduire un service minimal en cas de grève dans les prisons.

Des négociations entre les syndicats et le ministre ont encore eu lieu mercredi mais n’ont pas abouti à un accord. Au contraire, les représentants des gardiens de prison ont annoncé dans la foulée qu’ils souhaitaient poursuivre leurs actions. En ce compris la grève hebdomadaire de 24 heures dans toutes les prisons qu’ils avaient déjà annoncée (chaque fois du jeudi soir 22h00 au lendemain même heure).

Avant même le début de cet arrêt de travail, des actions spontanées ont déjà eu lieu jeudi dans quelques établissements pénitentiaires. Des mouvements de protestation qui pourraient encore s’étendre. “Il n’est pas exclu que, sans obligation et en front commun, un jour de grève supplémentaire par semaine soit organisé par prison”, prévient la CSC Services publics.

De son côté, l’ACOD/CGSP a annoncé qu’elle envisageait sérieusement de mener des mouvements similaires dans d’autres secteurs publics en solidarité au personnel des prisons.

Belga

► Le mouvement de grève se poursuit dans les prisons bruxelloises

Partager l'article

31 janvier 2020 - 06h53