Le Collège de St-Josse interdit le parcage sauvage des trottinettes sur les trottoirs

Le Collège de Saint-Josse-ten-Noode a décidé mardi de sévir contre les trottinettes électriques partagées qui traînent sur les trottoirs en interdisant le parcage sauvage, selon une information de plusieurs médias confirmée jeudi en fin de journée par le bourgmestre Emir Kir. Des zones délimitées seront définies pour les ranger en toute légalité au niveau de la place Saint-Josse, de la place Rogier, de l’esplanade Madou et près de la station de métro Botanique. Ce nouveau règlement doit encore être soumis au prochain conseil communal de Saint-Josse-ten-Noode, qui se réunira le 13 mars prochain.

Face au succès des trottinettes dans le développement des mobilités douces, le bourgmestre estime qu’il faut définir un cadre pour réglementer leur utilisation : “On est évidemment tous en faveur d’alternatives pour éviter la pollution, mais ici on se retrouve avec de plus en plus de vélos électriques et de trottinettes sur les trottoirs. Elles empêchent les piétons et les personnes à mobilité réduite de passer. Ils sont aussi mis en danger quand leurs utilisateurs roulent à vive allure sur les trottoirs”. Saint-Josse-ten-Noode étant une commune particulièrement dense, le problème y est plus fortement prégnant. Elle compte de nombreuses petites rues entourées de trottoirs étroits.

Le bourgmestre rappelle que la sécurité de l’espace public relève de la responsabilité de la commune. “Il est normal à un moment donné qu’on prenne des mesures pour sauvegarder la sécurité et la convivialité de l’espace public tout en permettant d’avoir des lieux identifiés pour le cyclo parcage”, estime Emir Kir. “Les gens n’ont pas le droit d’encombrer les trottoirs”.

Une fois le règlement adopté, les trottinettes qui seront laissées sur les trottoirs seront confisquées et les infractions plus largement sanctionnées. Les sanctions administratives communales (SAC) peuvent s’élever jusqu’à 350 euros. Les utilisateurs pourront donc voir leurs mauvais comportements sanctionnés, mais les sociétés comme Lime, qui met à disposition des trottinettes, devront également payer des amendes pour récupérer leurs biens.

Belga

Partager l'article

01 mars 2019 - 07h32