Découvrez   

Bruxelles : des actes de vandalisme en marge de la marche pour les droits des femmes

Marche Droits des Femmes 8 mars 2020 - Belga Nicolas Maeterlinck

Une petite centaine de participants à la Marche Mondiale des Femmes à Bruxelles ce dimanche ont commis des actes de vandalisme alors que l’événement touchait à sa fin, a confirmé la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, selon une information de Bruzz.

Environ 6 300 personnes ont défilé dimanche après-midi dans le centre-ville, à l’initiative de la Marche Mondiale des Femmes – réseau regroupant une série d’associations, de syndicats et de campagnes – pour revendiquer plus d’égalité entre les sexes et plus de garantie de respect des droits des femmes, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars. Ces participants – des citoyens, des membres d’associations humanistes, de syndicats et de partis politiques – ont voulu rappeler, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, les inégalités qui persistent entre hommes et femmes et les violences dont sont encore trop souvent victimes les femmes.

Revoir notre reportage sur la Marche Mondiale des Femmes à Bruxelles (vidéo)

En marge de cette marche, des actes de vandalisme ont toutefois été commis en fin de journée, rapporte Bruzz sur son site internet. “Environ 80 participants ont parcouru le centre de la ville, à la fin de la manifestation, et ont apposé des graffitis à plusieurs endroits, jouant au chat et à la souris avec la police“, a expliqué dimanche soir Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. “Un procès-verbal a été établi. Une enquête est en cours mais il n’y a pas eu d’arrestations”.

Pour sa part, le Collecti.e.f 8 maars bruxellois dénonce des violences policières. “Deux femmes ont été attrapées violemment par les flics suite à un tag, celle voulant protéger la première a été traînée sur la longueur de la rue par quatre policiers, puis maintenue au sol un genou sur sa poitrine et frappée au visage. Les personnes qui ont voulu intervenir se sont pris des coups de matraque, un poignet cassé”, affirme une publication de la page Collecti.e.f 8 maars – Bruxelles. La porte-parole de la police fédérale explique dans la DH qu’aucune arrestation n’a été menée durant cette manifestation. “Une plainte peut être déposée au comité P”, ajoute-t-elle.

‼️ 2 femmes ont été attrapées violemment par les flics suite à un tag, celle voulant protéger la première a été traînée…

Publiée par Collecti.e.f 8 maars – Bruxelles sur Dimanche 8 mars 2020

Avec Belga – Photo : Belga/Nicolas Maeterlinck

Partager l'article

09 mars 2020 - 05h12
Modifié le 09 mars 2020 - 07h23