11 heures par semaine consacrées par les jeunes aux jeux vidéos : “On dramatise cette addiction”

Onze heures par semaine : c’est le temps consacré en moyenne par les jeunes aux jeux videos, sur leur smartphone, leur tablette, leur console ou leur PC. Voici l’un des enseignements d’une étude réalisée par les mutualités libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans. Quand faut-il s’inquiéter des risques d’addiction ?

Le plus tard possible“, répond Yves COLLARD, formateur en éducation aux médias à Média Animation. “Ce n’est pas parce qu’un enfant joue énormément et consacre beaucoup de temps aux jeux vidéo qu’il est dans un état de dépendance pathologique. Il est important de faire la différence entre un usage abondant voire excessif et une pathologie. ”

Certains des jeunes sondés se plaignent de douleurs physiques. “Elles peuvent être consécutives aussi à d’autres activités.”, répond Yves Collard. Quant à l’état”émotionnellement négatif, l’épuisement, la culpabilité, l’isolement” évoqué par certains des jeunes : la culpabilité vient souvent des parents, répond Yves Collard. Selon lui, on dramatise cette addiction. “Il ne faut pas oublier qu’une série de caractéristiques typiques des joueurs sont typiques de l’adolescence.”

Aux parents qui s’inquiètent, Yves Collard propose d’appliquer la règle des “trois A” : l’autorégulation, l’alternance, et l’accompagnement. Et d’en appeler à une “vigilance raisonnable pour éviter la peur panique.”

M, le mag de la rédaction, du mardi au vendredi, à 18h25

 

 

Partager l'article

18 juin 2019 - 19h35