Découvrez   

Molenbeek : condamnée par la justice, l’ASBL Molenbeek Sport n’applique pas la décision

Le 9 septembre, le tribunal de première instance de Bruxelles condamne en référé l’ASBL Molenbeek Sport à accorder des créneaux horaires pour l’entraînement des membres du club sportif Académie Jeunesse Molenbeek. La décision doit être appliquée immédiatement sous peine d’astreintes. Le président de l’association communale, Jamel Azaoum (PS) refuse de la mettre en place. Ce mardi soir, un conseil d’administration doit décider de faire appel ou non.

Pour comprendre cette affaire, il faut remonter dans le temps. En 2014 est créée l’ASBL FC Jeunesse Molenbeek Académie. Elle a pour objet la promotion du sport et surtout du football auprès des jeunes Molenbeekois. Elle détient la licence pour un club de foot. En 2020, le FC gère 32 équipes tous niveaux confondus même en élite. Ainsi, 600 personnes en sont membres.

En 2016, le trésorier de cette ASBL, Mohamed Tabakkalt, décide de créer une autre structure nommée Académie Jeunesse Molenbeek ayant pour objet social également la promotion du sport et l’organisation d’activités culturelles. Mohamed Tabakkalt en est le président. “Il a décidé de créer cette structure, car il y avait des tensions avec les membres de la première association, explique Brahim Almimouni, responsable de la communication d’Académie Jeunesse Molenbeek. C’est toujours cette deuxième ASBL qui a eu contact avec les parents, les membres… Les cotisations sont versées sur son compte et elle paie les charges. Le club a commencé à avoir de bons résultats et c’est là que les choses se sont compliquées.”

De tout temps, Mohamed Tabakkalt négocie avec Molenbeek Sport afin d’obtenir des créneaux horaires sur les terrains des sites du Spielberg et de Verbist. Seulement, les tensions entre l’Académie Jeunesse Molenbeek et le FC Jeunesse Molenbeek Académie s’accentuent. “Ils ont vu que le club commençait à fonctionner et ils ont voulu remettre la main dessus”, accuse Brahim Almimouni.

En 2018, Mohamed Tabakkalt est renvoyé en tant que trésorier du FC Jeunesse Molenbeek Académie pour un transfert de fonds vers l’association dont il est président. Il s’agissait de subsides régionaux. Il a réussi à prouver que les subsides devaient revenir à l’asbl réellement gestionnaire du budget des clubs, à savoir l’Académie Jeunesse Molenbeek. La Région bruxelloise a validé cette argumentation.

Cependant, les tacles sont de plus en plus nombreux entre les deux associations. Le FC souhaite redevenir gestionnaire de son club et demande à la Fédération de football amateur (ACFF) de confirmer que le numéro d’affiliation du club lui appartient bien. Elle le fait et Mohamed Tabbakalt est révoqué en tant que correspondant. Cependant, il décide de ne pas rester sur le banc de touche et demande un nouveau numéro d’affiliation pour mettre en place un nouveau club: l’Athlétic club jeunesse Molenbeek.

Deux clubs, un terrain

A présent, il y a deux clubs qui souhaitent se partager les mêmes infrastructures. Le FC compte 600 membres et l’Athletic, 150. “Mais nous avons dû arrêter de prendre des cotisations, ajoute Brahim Almimouni. Nos comptes sont bloqués. Les parents ont toujours traité avec nous et ils ne comprennent pas ce qui se passe. Eux voient seulement que les enfants n’ont pas repris l’entraînement.”

En juin, Molenbeek Sport entame des négociations avec les deux associations afin de déterminer des créneaux horaires pour l’utilisation des infrastructures. Les deux clubs en obtiennent, mais fin juin, Molenbeek Sport décide finalement de ne pas en attribuer à l’Athlétic, ne sachant pas encore s’il allait recevoir son numéro d’affiliation. Ce dernier l’obtiendra le 30 juillet dernier.

L’Académie Jeunesse Molenbeek décide donc d’intenter une action en référé auprès du tribunal de première instance de Bruxelles, estimant être lésé. Sans terrain, pas d’entraînement et sans entraînement, pas de club ni de membre.

Le 9 septembre, le jugement tombe et Molenbeek Sport est condamné à donner des créneaux horaires à l’Académie Jeunesse Molenbeek comme prévu dans la convention signée le 18 juin 2020. L’association para-communale dispose de deux jours pour exécuter le jugement sous peine d’une astreinte de 2 fois 1.000 euros par semaine.

Un CA en urgence

Ce mardi 15 septembre, un CA en urgence de Molenbeek Sport se réunit. Après avoir écouté leur avocat, le conseil d’administration devra décider s’il va en appel ou non dans la décision. L’ASBL Molenbeek Sport se justifie en disant qu’elle pensait que Mohamed Tabbakalt négociait au nom du FC Jeunesse Molenbeek Académie. “Le Comité de gestion a eu pour seul but la sauvegarde de l’intérêt des jeunes. Cette décision doit permettre, d’une part à l’asbl FC Jeunesse Molenbeek Académie, matricule 09622 de poursuivre son aventure en P2 et aux équipes de jeunes d’évoluer au sein de l’élite dans les équipes d’âge et d’autre part, de donner à l’asbl Jeunesse Molenbeek Académie l’occasion de continuer à faire vivre son académie”,peut-on lire dans une note adressée au conseil d’administration.

Deux scénarios sont à présent possibles. Premier cas de figure: Molenbeek Sport va en appel, elle devra payer au moins 6.000 euros d’astreinte car la procédure dure 3 semaines. Si elle perd, alors l’Athlétic demandera des dommages et intérêts qui pourront être assez élevés puisque la saison sera blanche pour le club.

Deuxième cas de figure: Molenbeek Sport décide d’appliquer la décision du tribunal et rend des créneaux à l’Athlétic. C’est alors le FC Jeunesse Molenbeek Académie qui risque d’entamer une procédure en justice contre Molenbeek Sport. Dans tous les cas, les 600 jeunes qui paient tout de même 390 euros de cotisation annuelle en pâtiront.

Un jeu politique et financier

Mais pourquoi en est-on arrivé là? Pour certains, il s’agit d’un hold-up. L’Athlétic souhaiterait simplement récupérer les membres du FC ce qui lui assurerait une stabilité financière importante d’autant plus qu’il gère la buvette du club. Cette gestion lui a été confiée par l’échevin des Sports de l’époque, Ahmed El Khanouss (cdH).

Et c’est là que la politique rentre sur le terrain. La famille Tabbakalt est réputée pour être proche d’Ahmed El Khanouss et les dirigeants du FC Jeunesse Molenbeek Académie, du PS. “C’est parce que nous n’avons pas voulu soutenir le parti socialiste en 2018 que nous avons commencé à avoir des ennuis, commente Brahim Almimouni. Nous n’avons pas voulu faire un hold-up, juste monter une structure qui fonctionne et qui soit aux services des jeunes.”

Vanessa Lhuillier – Photo: AJCM

Partager l'article

15 septembre 2020 - 17h08
Modifié le 16 septembre 2020 - 14h39