Découvrez   

Koekelberg: une association de quartier exige des mesures suite aux travaux au tunnel Léopold II

Le comité de quartier “Les voisins d’Eliza” déplore l’absence d’un plan de mobilité local adapté visant à limiter les nuisances dues à la rénovation du tunnel. Deux questions sont prévues sur le sujet au conseil communal de ce lundi soir.

“Nous sommes un petit groupe de citoyens du parc de Koekelberg qui nous nous inquiétons de la venue prochaine des travaux du tunnel Léopold II. Nous avons eu déjà une rencontre avec les autorités communales pour proposer une solution simple pour notre quartier et nous avons été surpris que rien ne semblait être envisagé comme mesures de protection des quartiers. Visiblement, la commune n’a apparemment pas l’intention de fournir un plan de mobilité local adapté pendant les mois d’été, et est également réticente à demander l’opinion des résidents eux-mêmes”, explique Gregory Claessens, du comité de quartier.

Les travaux de rénovation du tunnel Léopold II ont commencé le 1er mai pour une durée de 39 mois. Durant l’année scolaire, le tunnel sera uniquement fermé pendant les nuits de dimanche à jeudi inclus. En journée et pendant les nuits de week-end, le tunnel restera ouvert à sa capacité maximale. Il sera totalement fermé à la circulation pendant les mois de juillet et d’août, trois ans d’affilée, afin d’enlever l’amiante du tunnel et d’effectuer de lourds travaux de rénovation sur la voirie. Pour diminuer l’impact de sa fermeture sur la circulation, le gouvernement bruxellois a approuvé un package de mesures d’accompagnement pour gérer la circulation.

“La commune regrette le manque de concertation de la Région”

Du côté des autorités communales, on prend acte des deux interpellations sur le sujet et on rappelle déplorer également le dispositif mis en place par la Région pour rénover le célèbre tunnel du nord-ouest de la capitale. “On déplore le manque de concertation de la part de la Région. Toutefois, à l’heure actuelle, que voulez-vous que je fasse? Fermer des rues? Cela mettrait les habitants concernés en dçifficulté et reporterait le problème sans les communes d’à côté. Cela ne serait ni citoyen ni responsable.  Le mieux aujourd’hui, est d’attendre de voir comment cela va se passer et de voir ce qui est ensuite à notre disposition pour réagir”, indique l’échevin koekelbergeois de la Mobilité Jean-Pierre Cornelissen (LB).

 

Partager l'article

28 mai 2018 - 14h15
Modifié le 28 juin 2018 - 17h22