Boris Dilliès plaide pour une union entre MR, Défi et les Engagés à la Région

A Uccle, le MR annonce déjà une liste commune avec Défi en vue des élections communales d’octobre.

C’est un principe de bon sens, il y a des convergences entre nos deux familles depuis longtemps, l’objectif est de mettre toutes les chances de notre côté“, expliquait ce mardi matin le bourgmestre d’Uccle Boris Dilliès (MR), alors que les libéraux vont proposer une liste commune avec Défi lors des éléctions communales d’octobre prochain. Actuellement dans l’opposition, les amarantes représentent 6 sièges sur 43 au conseil communal. Le bourgmestre dit vouloir faire preuve de transparence dès aujourd’hui: “Nous ne voulons pas avancer masqué et proposer un projet de centre-droit pour les Ucclois“. Il défend “une convergence des programmes et des relations humaines importantes“. A quelles places figureront les mandataires Defi ? “On doit encore regarder ensemble qui aura quelle place (…) ils seront bien placés parce qu’ils sont importants“, répond-il aujourd’hui. Un rapprochement qui n’est pas sans rappeler celui entre les libéraux et les Engagés à Woluwe-Saint-Pierre. Le bourgmestre Benoît Cerexhe (Les Engagés), et Alexia Bertrand (Open VLD) ont annoncé s’unir sur une même liste.

Est-ce une liste contre Ecolo, avec qui les libéraux sont aujourd’hui en majorité ? “Je ne suis pas contre les uns ou les autres“, répond Boris Dilliès, “mais il y aura un choix à faire“. Dans la majorité actuelle, les questions de mobilité auront amené leur lot de tensions : “Il y a eu une friction connue sur la fermeture du Bois de la Cambre. Il a été fermé du jour au lendemain pendant le confinement. Si nous n’étions pas intervenu en justice, il serait totalement fermé“. Il reconnait toutefois que son partenaire de majorité actuel est “correct et pragmatique, mais je ne partage pas toutes leurs idées“. Il cible le plan régional de mobilité : “Nous avons pu éviter cette peste qui est GoodMove“.

De manière générale, le bourgmestre plaide pour un rapprochement avec Défi à la Région : “Je fais partie des nostalgiques de la fédération PRL-FDF, je serais très heureux que ces deux familles politiques se retrouvent, leurs programment ont énormément de similitudes (…) c’est une grande famille qui a permis un travail important à la Région bruxelloise“, “cela serait une bonne nouvelle pour les Bruxellois“. Il dit également souhaiter accueillir Les Engagés, pour une “union de centre-droit” : “Je pense aussi qu’il y a beaucoup de convergences avec les Engagés, c’est un fait“.

T.D.