Découvrez   

Vaccination : forte participation et peu d’effets secondaires

En faisant le tour des hôpitaux et des maisons de repos, notre journaliste a constaté que la participation à la campagne de vaccination est forte et qu’il y a peu d’effets secondaires pour le moment. Actuellement, on peut juste regretter qu’aucune étude spécifique ne soit menée sur la région bruxelloise pour cette campagne de vaccination

Après la vaccination dans les maisons de repos, depuis ce lundi, le personnel soignant de certains hôpitaux bruxellois a commencé à recevoir le vaccin Moderna ou Pfizer. À l’UZ Brussel, les premiers collaborateurs des services de soins intensifs, des urgences et du département covid ont été vaccinés. Toutefois, la vaccination y est à présent suspendue suite à l’annonce du gouvernement flamand sur le potentiel manque de vaccin. La raison ? « L’approvisionnement incertain du vaccin Pfizer-BioNTech.  Aujourd’hui, 78 collègues supplémentaires seront vaccinés avec les vaccins déjà dégelés. Le reste du calendrier de vaccination sera temporairement suspendu » explique-t-on à l’UZ Brussel où l’on est prêt à reprendre la vaccination des collaborateurs dès que la prochaine livraison sera plus claire. « C’est un coup dur pour nos collaborateurs qui sont en première ligne tous les jours. Nous devons constamment adapter notre organisation interne. Nous espérons pouvoir redémarrer bientôt afin de pouvoir vacciner nos 4000 collègues », a précisé Marc Noppen, CEO de l’UZ Brussel.

On continue à vacciner

Du côté francophone, la vaccination du personnel et des maisons de repos se poursuit. Dans les hôpitaux Iris Sud, 2500 doses du vaccin Moderna sont ou vont être administrées : “Nous avons déjà vacciné 310 membres du personnel. Nous n’avons pas connu d’effets secondaires. On poursuit la vaccination jeudi sur le site de Bracops et vendredi et samedi sur le site de Molière pour le personnel soignant et le reste du personnel.” explique-t-on à l’hôpital. Afin de garantir un suivi de cette vaccination, un questionnaire post-vaccination a été mis en place par les infectiologues.

À l’hôpital Erasme, la vaccination commence ce jeudi. Pourquoi après les autres ? “
Nous avons voulu nous assurer que l’on recevait bien les doses nécessaires ” précise-t-on à l’hôpital. Attention, le personnel ici va recevoir le vaccin Pfizer. Pour le suivi pharmacovigilance, là aussi, quelque chose est prévu. Ce ne sera toutefois pas une étude universitaire : “ Le suivi des effets secondaires sera effectué par la médecine du travail qui encodera les données dans le système prévu à cet effet. À ce stade, il n’est pas prévu d’utilisation pour une recherche éventuelle.”

500 Places en plus prévues

Aux Cliniques universitaires Saint-Luc, la vaccination a commencé mardi pour le personnel en contact avec les patients et pour le reste du membre du personnel par la suite. Ici, l’institution est un “Hub vaccination” qui depuis le début de l’année permet la vaccination de résidents en maison de repos avec le vaccin Pizer: “Cela se passe bien avec les maisons de repos. Nous avons eu une grosse demande de la part de notre personnel. On a rajouté 500 plages de rendez-vous supplémentaires. L’adhésion est forte.”
Après avoir fait une grande campagne de sensibilisation, l’hôpital effectuera un suivi classique post-vaccination sans étude spécifique.

Tout le monde vacciné en 15 jours

Au CHU Saint-Pierre, “Hub Vaccination Pfizer” aussi pour les maisons de repos, la campagne de vaccination se passe bien : “Nous avons des retours positifs. À notre niveau, nous allons vacciner notre personnel début février. Tout le monde sera vacciné en 15 jours, c’est notre objectif. La demande du personnel est importante ” explique-t-on à l’hôpital. Là aussi, un suivi des effets secondaires sera effectué en interne seulement.

Un très bon taux de participation

Pour sa part, Inge Neven, responsable du service de l’inspection d’hygiène de la COCOM (Commission Communautaire Commune) confirme qu’il n’y aura pas une grande étude bruxelloise sur la vaccination : « Pas à ma connaissance… on fait un suivi avec les maisons de repos où les médecins enregistrent les effets secondaires. Tout se passe bien.  On a des réunions hebdomadaires. Sciensano et AFMPS suivent également les possibles effets secondaires. » Actuellement, « le taux de vaccination en maison de repos est de près de 90% pour les résidents des maisons de repos et entre 60 et 70% pour le personnel de celles-ci. »

La principale inconnue pour l’instant se situe au niveau de la disponibilité des vaccins… Une autre histoire

V.Li. – Photo : Belga/Eric Lalmand 

Partager l'article

20 janvier 2021 - 17h58
Modifié le 21 janvier 2021 - 14h23