Un avocat saoudien emprisonné a obtenu un prestigieux prix des Droits de l'Homme à Genève

Un avocat saoudien, Whalid Abu al Khair, emprisonné dans son pays pour son engagement en faveur des droits de l’Homme, a obtenu vendredi soir à Genève le prestigieux Prix international des droits de l’Homme Ludovic Trarieux. Nelson Mandela, alors en prison, avait été le premier à recevoir ce prix en 1985, décerné par les barreaux d’avocats européens.

M. Abu al Khair est notamment le défenseur du blogueur saoudien Raef Badaoui condamné à 1.000 coups de fouets, et a fondé l’observatoire des droits humains dans son pays. Il a été condamné l’année dernière à 15 ans de prison notamment pour “désobéissance et rupture d’allégeance au Souverain”.

“Il faut espérer que ce prix joue un rôle dans la libération de certains”, a affirmé Me Jean Marc Carnicé, bâtonnier de l’Ordre des avocats genevois. “Il permet en tout cas de mettre en lumière les abus de certains gouvernements pour les placer sous le regard de la communauté internationale”, a-t-il dit.

Raef Badaoui, 31 ans, arrêté en vertu d’une loi sur la cybercriminalité, a été condamné fin 2014 à dix ans de prison et 1000 coups de fouet. Il avait reçu ses 50 premiers coups de fouets en janvier, mais cette punition avait été suspendue, après une vague de protestations dans le monde.

Le blogueur a obtenu le 29 octobre le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit décerné par le Parlement européen qui avait appelé à sa libération.