Plusieurs otages libérés à Bamako, ceux qui savaient lire le Coran

Des otages ont été apparemment libérés vendredi à la suite de la prise d’otages massive toujours en cours à l’hôtel Radisson de Bamako, la capitale malienne. Les personnes libérées étaient supposément capables de lire des versets du Coran, ont indiqué des sources proches des services de sécurité. Un journaliste de l’AFP a quant à lui constaté que “deux femmes” ont été “évacuées par les forces de sécurité”. Selon le propriétaire de l’hôtel, cité par l’hebdomadaire Jeune Afrique, l’attaque a été menée par “trois individus lourdement armés”. Outre des policiers et des militaires maliens, des forces spéciales de la gendarmerie sont arrivées sur les lieux, où étaient également visibles des membres de la force de l’ONU au Mali, la Minusma, et des forces françaises Barkhane, selon l’AFP sur place.

Plusieurs ressortissants étrangers résidaient dans l’hôtel avant l’attaque. Leur nombre et nationalités n’étaient pas connus dans l’immédiat, mais un média d’Etat chinois a annoncé en fin de matinée qu’il y a au moins 7 ressortissants chinois parmi les otages. Au total, 170 personnes, dont 30 employés, ont été pris en otages par les assaillants en matinée. Un consultant français ayant requis l’anonymat, qui descend régulièrement à l’hôtel Radisson, a estimé qu’il s’agissait “d’une cible évidente pour les terroristes”.

Les personnels civils de la Minusma ont reçu un ordre de confinement et l’ambassade américaine à Bamako a appelé dans un Tweet “ses ressortissants à rester à l’abri et à respecter les instructions des autorités locales”.