L'Allemagne dénonce à Athènes des fraudeurs du fisc grecs détenteurs de comptes en Suisse

L’Allemagne a transmis à la Grèce des données sur des fraudeurs du fisc grecs – particuliers et entreprises – détenteurs de comptes en Suisse pour un montant total de 4 milliards de francs suisses (3,7 milliards d’euros), selon un communiqué publié mercredi. Le ministère des Finances de l’Etat-région allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie a annoncé que son administration fiscale, qui a acheté par le passé plusieurs CD ou clés USB contenant des informations sur des clients de banques suisses, avait transmis au gouvernement grec “plus de 10.000 données pouvant servir à la poursuite de fraude fiscale”.

Celles-ci concernent des particuliers et des entreprises – pas forcément 10.000, certains pouvant avoir plusieurs comptes – “avec des avoirs d’un total de 4 milliards de francs suisses”. “Nous allons analyser avec soin les données, et si besoin demander à la Suisse des informations supplémentaires”, a réagi le ministre adjoint grec des Finances Trifon Alexiadis, cité dans le communiqué allemand, évoquant “une grande chance pour la collectivité”.

L’évasion fiscale est pratiquée à grande échelle en Grèce. Le pays est sous pression de ses partenaires européens, qui le soutiennent financièrement depuis plusieurs années, pour améliorer la collecte de l’impôt et de manière générale l’efficacité de son administration fiscale. Ces dernières années les comptes dans des banques suisses de fraudeurs du fisc de toutes nationalités, surtout allemands, se sont retrouvés au coeur de nombreux scandales.

Selon la presse allemande, le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie aurait déboursé 5 millions d’euros pour acquérir les données dont sont issues les informations sur les fraudeurs grecs.