Grèce: nouvelle grève générale le 3 décembre contre la réforme des retraites

A moins d’un mois de leur dernière mobilisation en Grèce, les deux principaux syndicats du pays, la GSEE du secteur privé et l’Adedy du public, ont appelé jeudi à une nouvelle grève générale le 3 décembre contre la réforme prévue des retraites. Les deux centrales ont pris cette décision pour protester “contre la démolition du système de retraites”, selon leurs communiqués respectifs. Les deux syndicats avaient observé une grève générale le 12 novembre, une semaine avant le vote au Parlement d’un nouveau train de mesures de rigueur, dicté par les créanciers, UE et FMI, une condition nécessaire pour la poursuite du versement des prêts internationaux, vitaux pour la Grèce toujours endettée.

Cette grève était la première contre le gouvernement de la gauche Syriza d’Alexis Tsipras, reconduit au pouvoir le 20 septembre et qui a promis de procéder aux réformes réclamées par les créanciers pour assurer la survie financière du pays. Près de 20.000 personnes avaient manifesté à Athènes contre “la poursuite de la politique de rigueur”.

Selon la feuille de route dictée par les bailleurs de fonds, le pays doit maintenant procéder à une réforme de son système des retraites. Le ministère de l’Emploi élabore un projet de loi prévoyant “une retraite minimum garantie par l’État de 384 euros”, censée être complétée par une pension complémentaire dépendant notamment des cotisations sociales.