Burkina Faso: une candidate à la présidentielle cambriolée et empêchée de voter

Saran Séré-Sérémé, une des deux femmes candidates à la présidentielle de dimanche, a affirmé qu’elle ne pouvait voter parce qu’elle a été “cambriolée” et n’avait plus de pièces d’identité ni de carte d’électeur. “Ma maison a été cambriolée et toute mes pièces ont été volées. Je me suis rendue compte il y a trois jours que les différents documents n’étaient plus là”, a-t-elle indiqué. “J’ai appelé le président de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) pour avoir une dérogation, il m’a dit que cela est impossible”.

“Ma sécurité n’a pas été assurée, mon domicile a été braqué. La police et la gendarmerie devaient assurer ma sécurité”, a-t-elle critiqué. Les autorités ont annoncé avoir assuré la sécurité rapprochée et la protection des domiciles des 14 candidats. Un seul, le candidat écologiste Ram Ouédraogo a refusé la sécurité publique, a indiqué le ministre délégué à la Sécurité Alain Zagré.

Mme Saran Séré-Sérémé est une des outsiders du scrutin qui doit tourner la page de la transition mise en place après l’insurrection populaire qui a chassé Compaoré, qui tentait de modifier la Constitution pour pouvoir briguer un nouveau mandat.