Affaire Veviba: pointée du doigt, la boucherie Amar d’Anderlecht dénonce une erreur de l’Afsca

Le rappel valait pour la viande hachée Veviba vendue en vrac par la boucherie Amar à Anderlecht. La viande s’est ensuite avérée être propre à la consommation.

L’Afsca a tracé les viandes incriminées nécessitant, par précaution, un rappel à la suite de l’affaire de contamination Veviba. A la suite de ce traçage, il avait été demandé aux consommateurs qui en auraient acheté de ne pas les manger.

Le rappel valait pour la viande hachée Veviba vendue en vrac par la boucherie Amar à Anderlecht. Ce commerce a également vendu de la queue de vache en vrac issue du même atelier, indiquait vendredi l’Afsca. 60 kilos de viande avaient été détruits. Après vérification, l’Afsca a reconnu une erreur. Les articles concernés n’étaient pas concernés par le scandale: “Elle était parfaitement dans les normes, comme l’explique le rapport du vétérinaire. Cette viande était parfaitement consommable“, explique ce samedi Karim El Morabet.

L’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, a communiqué vendredi que le traçage des “queues de vaches” et de la viande hachée issues du géant belge de la viande Veviba, installé à Bastogne, était désormais terminé. “Ce qui se trouve actuellement dans le commerce est sûr et peut être consommé“, y compris la viande vendue en vrac dans les boucheries, rassurait l’agence.