Une centaine de chauffeurs LVC manifeste devant le siège d’Uber

Ce mercredi entre 10h00 et 12h00, des chauffeurs LVC se sont réunis devant les bureaux de la plateforme Uber situés sur le boulevard Louis Schmidt, à Etterbeek. Leur but : revendiquer leur indépendance.

Les chauffeurs ont stationné leurs voitures le long du boulevard Louis Schmidt à Etterbeek, mais ont laissé une voie libre afin de ne pas bloquer la circulation. La manifestation était sobre. Seules quelques affiches ont été collées sur les fenêtres d’Uber avec des messages comme “Sélection des lois à la carte” et “Le beurre et la loi d’Uber“.

Ils soulignent qu’ils ne travaillent pour aucune plateforme de transport et souhaitent pouvoir circuler en Flandre. Actuellement, leur licence bruxelloise ne le leur permet pas. Ils ont également pour ambition de pouvoir retravailler à l’aéroport de Zaventem.

Interview | Uber : la solution transitoire du gouvernement adoptée par la commission

Une concurrence déloyale

Depuis, le 1er janvier 2020, et le plan Taxi du gouvernement flamand, les utilisateurs des licences bruxelloises et wallonnes ne peuvent plus travailler dans la région flamande. Une situation qui ne respecte pas les mesures de l’ordonnance sparadrap du 10 décembre et crée une concurrence déloyale entre les chauffeurs des différentes régions, car les flamands peuvent venir travailler à Bruxelles.

Autres revendications, les chauffeurs LVC réclament la publication du descriptif des commandes. Lors de la prise en charge d’un client, ils ne savent pas où sont les lieux de prise en charge et de destination des passagers ni les prix indicatifs. Si un chauffeur refuse une course, il risque d’être banni de l’application de 24h à 6 mois. Ils soulignent également que la plateforme peut bannir un chauffeur sans que celui-ci ne donne sa version des faits, sur base d’un commentaire désagréable d’un utilisateur. De plus, ils souhaitent qu’Uber revoit à la baisse sa commission en passant de 25% à 15%.

■ Reportage de Bernard Denuit, Charles Carpreau et François-Xavier De Bels

Partager l'article

19 janvier 2022 - 17h10
Modifié le 19 janvier 2022 - 19h59