Pénurie de profs: la ministre Schyns réfléchit à rappeler les pré-retraités

Face à la pénurie criante d’enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles, la ministre de l’Education Marie-Martine Schyns (cdH) a indiqué mercredi réfléchir à faire appels aux profs bénéficiant actuellement du régime de pré-retraite.

Interrogée en séance plénière du parlement sur cette problématique, Mme Schyns a évoqué plusieurs pistes de solutions, dont une à court terme pourrait être “la réversibilité des DPPR”, a-t-elle dit en réponse à une question des députés Christos Doulkeridis (Ecolo) et Olga Zrihen (PS).

Le cabinet de la ministre précise toutefois mercredi après-midi que ce recours aux pré-retraités, s’il se fait, ne sera que sur base volontaire. En place depuis les années 80, ces DPPR — acronyme de Disponibilités pour convenances personnelles précédant la pension de retraite — permettent aux enseignants d’aménager leur fin de carrière, en leur offrant la possibilité, dès 55 ans, de travailler à 4/5e temps, tiers-temps voire à mi-temps.

Ils peuvent même bénéficier d’une DPPR à plein temps à partir de 58 ans. En 2017, un peu moins de 3.500 enseignants bénéficiaient de ce régime très prisé. Devant les députés, la ministre a ajouté que la mesure devrait être concertée avec les organisations syndicales. En février dernier, le métier d’instituteur primaire et de maternelle a officiellement été déclaré comme étant en pénurie. Bien que les écoles normales continuent à diplômer des enseignants, quarante pour cent des jeunes profs abandonnent le métier dans leurs cinq premières années d’exercice.

Outre un éventuel recours aux pré-retraités, Mme Schyns a aussi évoqué d’autres pistes à moyen et court terme pour combattre le manque d’enseignants. Elle a notamment évoqué la constitution à l’avenir d’unn ‘pool’ d’enseignants mobiles qui pourraient être envoyés là où l’on a besoin d’eux.

Elle aussi dit vouloir travailler l’attractivité et l’image du métier d’enseignant. Mme Schyns voudrait aussi attirer davantage de travailleurs du privé à se reconvertir dans l’enseignement.

 

BELGA