Découvrez   

Passage en phase 2A : plusieurs hôpitaux n’attendront pas la semaine prochaine

Les hôpitaux bruxellois sont appelés à basculer en phase 2A à partir du 6 avril. Mais, à Bruxelles, plusieurs n’attendront pas cette date.

Le SPF Santé Publique l’annonçait hier, sur son site internet : les hôpitaux généraux et universitaires devront passer en phase 2A dès le 6 avril, afin de faire face à la nouvelle montée des contaminations par le coronavirus.

► Article | Coronavirus : les hôpitaux passeront en phase 2A à partir du 6 avril

Concrètement, cela signifie que, désormais, 60% des lits de soins intensifs seront réservés aux patients Covid-19, et que ces unités devront compter 15% de lits supplémentaires. Quant aux unités Covid non-intensives, le nombre de lits y sera quadruplé. Les hôpitaux doivent également reporter les soins non-urgents et planifiables faisant appel aux soins intensifs.

Les lits intensifs prévus en phase 1B insuffisants

Dans les hôpitaux bruxellois, on nous rapporte que les services Covid-19 sont globalement saturés dans le cadre des lits prévus dans la phase 1B : c’est le cas notamment aux Cliniques de l’Europe (pour les soins intensifs) et dans les hôpitaux du réseau Iris Sud (pour les soins intensifs également), rapporte Belga.

Le CHU Saint-Pierre est également dans la même situation. “Les lits de phase 1B sont saturés“, nous confirme leur porte-parole, Alexia Argyrakis. Quant à la Clinique Saint-Jean, “Pour les unités de soins intensifs, nous avons atteint la capacité prévue en phase 1B. Mais pour les unités Covid classiques, nous avons encore des lits disponibles“, indique également Florence Feys, porte-parole du centre hospitalier.

Au CHIREC, on nous confirmait déjà, la semaine dernière, que les lits de soins intensifs prévus dans le cadre de la phase 1B étaient saturés. “Depuis quinze jours, cela a vraiment augmenté. Pour l’instant, on doit avoir la moitié des lits réservés au Covid, et on est à ces 50% d’occupation en phase 1B. Je ne sais pas si on devra passer en phase 2A, j’espère que non mais j’ai des doutes“, expliquait alors le Docteur Sophie Cran, cheffe de l’unité des soins intensifs à l’Hôpital Delta.

► Reportage | Dans les hôpitaux bruxellois, la pression monte aux soins intensifs : exemple à l’Hôpital Delta

Nous n’avons, pour l’heure, pas obtenu de confirmation de la part des Cliniques Universitaires Saint-Luc, du CHU Brugmann et de l’Hôpital Erasme.

Certains passent déjà en phase 2A

Si la date butoir du 6 avril a été fixée par les autorités pour la mise en place de la phase 2A, plusieurs hôpitaux bruxellois n’attendront pas cette date pour monter en puissance. C’est le cas notamment du CHU Saint-Pierre, où la phase 2A vient d’être activée. Tandis qu’à la Clinique Saint-Jean et à l’UZ Brussel, on s’y prépare également dans les prochains jours.

Dès hier matin, on a anticipé la décision du gouvernement, et la lettre qu’on a reçu hier après-midi. En effet, on a dépassé le seuil 1B : on a maintenant 60 patients, dont 14 aux soins intensifs. On est donc en train d’augmenter la capacité, aussi bien aux soins intensifs que dans les unités de soins“, explique le professeur Marc Noppen, CEO de l’UZ Brussel, “Ce passage en phase 2A se fera tout progressivement, on ne fait pas ça du jour au lendemain, car il faut changer du personnel et prendre le temps d’informer les gens où ils devront travailler et quand. Cela prendra donc quelques jours

De même, le professeur explique que puisque la situation est assez semblable partout, les transferts de patients entre hôpitaux ne semblent plus une solution, pour l’heure.

Interview du Professeur Marc Noppen, directeur général de l’UZ Brussel

Vers une amélioration de la situation aux soins intensifs ?

Selon le rapport publié ce mercredi matin par l’Institut de Santé Publique, Sciensano, la situation pourrait s’améliorer : la hausse dans les services de soins intensifs semble se calmer, mais cette tendance reste bien entendu à confirmer sur la durée.

Au CHU Saint-Pierre, on nous confirme qu’après la montée en puissance connue notamment la semaine dernière, on ressent désormais un léger tassement, que le nombre d’admissions aux soins intensifs tend à se multiplier moins rapidement qu’il y a peu.

 

Arnaud Bruckner – Photo : Belga (illustration)

Partager l'article

31 mars 2021 - 13h34
Modifié le 01 avril 2021 - 07h04