Ordonnance énergie : “C’est une ordonnance ‘sparadrap’ : il ne faut pas attendre les problèmes de paiement”

L’ordonnance énergie votée la semaine dernière au Parlement bruxellois va-t-elle protéger les consommateurs les plus vulnérables ? Le débat est lancé dans + d’Actu avec Aurélie Czekalski, députée bruxelloise (MR), et Véronique Jamoulle, députée bruxelloise (PS).

L’ordonnance réorganisant les marchés de l’électricité et du gaz à Bruxelles, portée par le ministre de l’Énergie Alain Maron (Ecolo), a été votée majorité contre opposition, vendredi dernier, devant le Parlement bruxellois. Cette réforme propose bon nombre de mesures comme la fourniture garantie de gaz et d’électricité, l’élargissement du tarif social, la suppression des limiteurs de puissance ou encore l’accélération des projets de rénovation de bâtiments en Région bruxelloise.

Voir aussi | La réforme bruxelloise de l’énergie devant le Parlement bruxellois : voici les principales mesures prévues (vidéo)

Ces mesures sont-elles toutefois suffisantes pour protéger les consommateurs les plus vulnérables dans la capitale ? “27% des ménages bruxellois bénéficient du tarif social, c’est important. Cela permet de réduire drastiquement les factures”, informe Véronique Jamoulle (PS). “Pour nous, cette ordonnance est une ordonnance ‘sparadrap’. Il vaut mieux anticiper les problèmes en amont alors qu’aujourd’hui, le Bruxellois doit être dans une situation d’endettement avant d’être aidé”, répond pour sa part Aurélie Czekalski (MR).

Découvrez tous les duels de + d’Actu en replay sur notre site et en podcast sur vos applications d’écoute préférées

Gr.I. – Photo : Belga/Eric Lalmand

Partager l'article

15 mars 2022 - 18h32
Modifié le 15 mars 2022 - 18h32