Manifestation à Schuman contre les pesticides qui nuisent à la santé des abeilles

Une cinquantaine de personnes ont mené vendredi matin une action à Bruxelles afin de plaider pour une interdiction complète des pesticides néonicotinoïdes, accusés de nuire à la santé des abeilles, dans l’Union européenne.

Rassemblés au rond-point Schuman, les activistes réunis à l’appel de l’ONG Avaaz ont appelé les Etats membres européens à voter pour une interdiction totale des pesticides à base de clothianidine, d’imidaclopride et de thiaméthoxame, des subtances neurotoxiques qui s’attaquent au système nerveux des insectes.

L’avenir de ces pesticides est en suspens dans l’UE depuis 2013 et une première étude de l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) qui attestait leur dangerosité pour les abeilles. Ce résultat avait conduit à une interdiction partielle de certains produits.

En 2015, l’Efsa s’est lancée dans une évaluation encore plus poussée. En février dernier, elle a confirmé le danger de ces pesticides pour les abeilles à miel, mais aussi les abeilles sauvages (bourdons, abeilles solitaires).

Ce matin, l’UE a décidé d’interdire ces trois pesticides jugés dangereux pour les abeilles.

Le ministre belge de l’Agriculture Denis Ducarme (MR) est en faveur d’une interdiction assortie d’une période transitoire limitée aux filières betterave et chicorée. D’après lui, la proposition d’interdiction immédiate des néonicotinoïdes est insatisfaisante, car “elle fait fi de l’absence d’alternatives écologiques et du fait que les alternatives existantes telles que les pyréthroïdes sont en effet plus nuisibles pour les insectes pollinisateurs que les néonicotinoïdes”. Par ailleurs, la proposition ignore la situation de dépendance des agriculteurs belges à cette substance, estime-t-il.

Belga – Photos: Belga/Quentin Joris