Négociations budgétaires en Région bruxelloise : les discussions reprendront mardi

Outre au niveau fédéral, les négociations budgétaires ont également repris en Région bruxelloise lundi matin. Les débats avaient été suspendus vendredi après le départ du ministre de l’Emploi Bernard Clerfayt (DéFI), qui estimait ne pas avoir eu tous ses apaisements à propos de l’enveloppe consacrée aux titres-services.

Les protagonistes du conclave avaient alors entamé ce qui devait constituer la dernière ligne droite de leurs échanges.  Après son départ de la réunion, le ministre de l’Emploi avait jugé qu’en l’état, il lui était impossible de valider le projet de budget sur la table, lequel maintenait le même montant en titres-services que l’année dernière, soit 30 millions de moins que ce qu’il estimait nécessaire pour payer ces titres dans les prochains mois.

► À lire aussi | Départ du ministre Clerfayt : le conclave budgétaire du gouvernement bruxellois suspendu

Un aspect “technique” plutôt que “politique”

Dimanche, le ministre-président Rudi Vervoort (PS) avait indiqué que le différend était fondé sur un aspect technique du budget et non politique. Selon lui, le ministre du Budget, Sven Gatz, avait proposé d’inscrire le même montant au budget 2023 que le montant du budget 2022, et de “préciser expressément que les besoins supplémentaires éventuellement nécessaires seraient prévus lors de l’ajustement 2023“.

La discussion à l’ajustement ne relèvera aucunement de négociations politiques, mais de l’affinement des projections au vu de la consommation réelle de titres-services. Contractuellement, la Région est de toute manière tenue de payer les titres consommés à la société émettrice“, avait-il précisé. “Pour prévoir la dépense probable de la Région pour 2023 lors de la confection du budget, il faut appliquer l’indexation prévue au prix d’un titre-service et le multiplier par le nombre de titres probablement vendus. Ce nombre de titres vendus a fortement varié ces dernières années, du fait de la crise du Covid. Il n’est donc pas évident de prévoir combien de titres-services se vendront en 2023“, avait-il ajouté.

Finalement, les discussions, purement d’ordre technique, n’ont duré qu’une matinée, ce lundi, rapporte l’agence Belga. Ces négociations se sont limitées à deux heures, en raison de l’agenda des participants, indique-t-on. Les travaux reprendront ce mardi matin à 10h00.

■ Explications de Grégory Ienco dans Le 12h30.

Avec Belga – Photo : Belga