Le conseil d’Etat annule le licenciement pour faute grave d’un professeur de religion islamique

En 2017, le professeur de religion islamique, Hicham Abdel Gawad était licencié sans préavis pour avoir une vision trop “progressiste” de la religion, d’après un inspecteur en charge du degré supérieur. Aujourd’hui, le Conseil d’État annule ce licenciement pour faute grave, rapporte la RTBF.

Le 30 juin 2017, Hicham Abdel Gaward, professeure de religion islamique, apprenait qu’il était licencié pour faute grave. La raison : il abordait en classe des sujets comme l’homosexualité ou la philosophie de Platon. Ces contenus didactiques ont été jugés par un inspecteur en charge du degré supérieur comme trop “progressistes”.

À revoir également : Le professeur de religion islamique critiqué pour sa vision “progressiste” a été licencié

Cependant, d’après l’arrêt du Conseil d’État, le licenciement ne concerne pas les sujets abordés en classe, mais divers manquements qui pouvaient justifier une sanction. Par exemple, en 2017, il a animé un atelier et une conférence en France alors qu’il était absent au travail pour raisons médicales. De plus, il n’a remis aucune évaluation en novembre 2016, rapport la RTBF. Ces multiples manques expliquent que des sanctions ont été prises par la suite.

À l’époque, Hicham Abdel Gawad avait introduit une action contre l’arrêté du gouvernement. Il aura fallu 5 ans pour qu’il puisse être réhabilité.

Ca.Pa / image :BX1