Journée mondiale de l’hygiène des mains : les infirmiers sont les professionnels les plus attentifs

Infirmière Médecin Patient Coronavirus Zottegem - Belga Nicolas Maeterlinck

Une bonne hygiène des mains est indispensable pour limiter la propagation de maladies: la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 aura bien ancré ce mantra dans la tête des Belges.

Bien se laver les mains n’est toutefois pas un prescrit neuf et a toujours été vital dans les hôpitaux. Tous les deux ans, une campagne de promotion de l’hygiène des mains est dès lors menée dans les établissements hospitaliers, pour rappeler aux professionnels d’accorder la plus grande attention à leur outil de travail.

Selon les résultats de la dernière campagne publiés mardi par Sciensano à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène des mains, infirmiers et infirmières sont les meilleurs élèves en la matière.

Pour améliorer l’hygiène des mains des professionnels de la santé dans les hôpitaux, le SPF Santé publique, la Commission belge de Coordination de la Politique Antibiotique (BAPCOC) et l’Institut scientifique de santé publique (Sciensano) mènent tous les deux ans une campagne nationale de promotion. La huitième édition a eu lieu entre novembre 2018 et mai 2019 – bien avant l’épidémie de coronavirus. La sensibilisation semble avoir porté ses fruits : avant la campagne, le taux d’observance moyen de l’hygiène des mains s’établissait à 71,2%. Après la promotion, il a augmenté jusqu’à 79,5%. La dernière campagne avait atteint un taux de 78%. Sciensano pointe que l’augmentation la plus forte a eu lieu en psychiatrie (+17,2%).

Toutefois, l’institut relève que le taux d’observance était nettement plus bas dans ce secteur avant la campagne de sensibilisation que lors des éditions précédentes. Cela “s’explique en partie par le fait que six nouveaux hôpitaux se sont inscrits pour cette huitième campagne et que certains d’entre eux ont enregistré des taux d’observance très faibles lors de leurs premières mesures“. La progression est également frappante en chirurgie (+6,2%) ou en gériatrie (+7,4%). “Il semblerait donc que la phase de sensibilisation ait eu un effet direct et positif sur les pratiques.”

Comme dans les éditions précédentes, ce sont les infirmiers qui obtiennent les meilleurs résultats: leur taux d’observance moyen était de 74,7% avant la campagne et de 82,6% après. Les aides-soignants et les kinésithérapeutes les suivent de près.

Chaque campagne a également une thématique. Cette fois, l’attention était portée sur les cathéters. Avant la campagne, le taux d’observance avant un contact veineux ou artériel était de 76,2%. La sensibilisation a permis de faire grimper ce taux à 80%. “Le taux d’observance des mesures d’hygiène des mains est élevé dans les hôpitaux belges“, considère Sciensano, qui plaide toutefois pour un renforcement des bonnes habitudes.

Belga (Photo : Belga/Nicolas Maeterlinck)