Dépistage du cancer du sein : l’arrêté de la ministre Maggie De Block sous le feu des critiques

L’arrêté de la ministre de la Santé Maggie De Block sur le remboursement des dépistages du cancer du sein sera réexaminé lundi par le comité de l’assurance et la commission médico-mutualiste de l’Institut national de l’assurance maladie-invalidité (Inami). Supposé “améliorer la qualité et la participation au dépistage”, l’arrêté de Maggie De Block est sous le feu des critiques depuis son annonce. 

L’arrêté royal en question prévoit, sauf exceptions, de supprimer le remboursement du dépistage du cancer du sein pour les femmes de moins de 45 ans et de plus de 74 ans. De plus, entre 45 et 50 ans, seul un dépistage annuel serait conseillé et remboursé. Entre 50 et 74 ans, ce ne serait plus qu’un seul dépistage tous les 2 ans seulement.

Mais l’arrêté prévoit également que les examens individuels ne soient plus remboursés, sauf pour les femmes à risque. Cela signifie que si une femme se rend chez son médecin ou son gynécologue et que ce dernier émet un doute, elle devra payer de sa poche tous les examens qui s’ensuivent. “Ne faisant pas partie du dépistage organisé, l’examen individuel ne sera plus remboursé, sauf pour les femmes à risque“, confirme André Nazac, responsable des Cliniques du sein et gynécologie du CHU Brugmann.