Caroline Désir souhaite la gratuité dans le primaire

Caroline Désir, ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles (PS) était l’invitée de Fabrice Grosfilley dans +d’actu. Elle revient sur le budget dédié à l’éducation en maternelle et en primaire.

Cette année, en plus de la crise financière due à l’énergie, certains foyers ont de nombreuses difficultés à payer les frais scolaires. Alors certaines associations, comme l’ASBL Arc-En-Ciel ont équipé les plus défavorisés.

À lire aussi : Rentrée scolaire : après deux mois de récolte, l’asbl Arc-en-Ciel a équipé 3.500 enfants

Mais du côté de la ministre de l’Enseignement, le but est la gratuité scolaire. “On a prévu dans notre accord de gouvernement de poursuivre avec notre politique de gratuité dans le primaire“. En effet, en ce qui concerne les années de maternelle, elles sont gratuites, c’est-à-dire que les parents n’ont pas à débourser pour les fournitures de leurs enfants. Malgré tout, la ministre précise qu’il y a un point dans la scolarité des petits qui n’est pas pris en compte : les classes vertes. “Pour ce qui est des sorties scolaires et voyage avec nuitée, on peut demander une somme qui est plafonnée“. Et l’objectif, même si aucune date n’est encore sur la table, c’est offrir la gratuité dans le primaire. “Il n’y a pas de calendrier, l’année passée, on a eu énormément de frais à assumer avec la Covid, donc c’est dans notre feuille de route, mais il n’y a pas de calendrier attaché à ça (la gratuité en primaire)“.

Pour une gratuité, il faut un budget

Cependant, pour avoir cette gratuité, il faut des moyens budgétaires pour aider les écoles, précise Caroline Désir. “Il y a déjà 10 millions qui sont déjà consacrés à cette politique pour la maternelle et donc on doit trouver des équilibres dans des négociations budgétaires“.

Retrouvez l’interview en intégralité de Caroline Désir

■ Camille Paillaud / Une interview de Fabrice Grosfilley