Alexander De Croo: “Il faut être impartial et intègre mais ça n’a rien à voir avec le port du voile”

“Il faut être impartial et intègre dans la fonction publique, mais cela n’a pas de lien avec la tenue vestimentaire”, a affirmé le Premier ministre Open Vld Alexander De Croo, dans le cadre d’une interview accordée à l’hebdomadaire Le Vif, diffusée mercredi matin sur le site web de celui-ci.

Le Premier ministre s’y est exprimé sur la question du port de signes convictionnels dans la Fonction publique, revenue sur le devant de la scène politico-médiatique depuis la désignation, suivie de la démission, d’Ihsane Haouach du poste de commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes.

À lire aussi | Démission d’Ihsane Haouach: aucun lien avec la note de la Sûreté de l’État

Il faut être impartial et intègre, bien sûr, mais ça n’a rien à voir avec porter le voile ou ne pas le porter: ça n’a rien à voir avec la manière dont vous êtes habillé“, a dit M. De Croo, au cours de cet entretien.

“Je préfère une femme voilée qui travaille qu’une femme voilée qui reste à la maison”

Plus largement, l’actuel Premier ministre soutient que l”‘”on ne peut pas se permettre un gaspillage de talents… Naturellement il y a un côté idéologique par rapport à ça, il faut respecter les choix personnels de chacun, mais d’un autre côté je me dis: à quoi ça sert d’avoir des universités et des hautes écoles où il y a plus de femmes que d’hommes, avec des grades académiques supérieurs aux hommes, si c’est pour avoir dix ans plus tard les femmes au foyer les plus diplômées du monde ? C’est un gâchis sociétal énorme, et donc oui, je préfère une femme voilée qui travaille qu’une femme voilée qui reste à la maison“, a-t-il précisé.

Interdire le voile va-t-il inciter une femme à ne plus le porter ? Pas forcément pour le Premier Ministre

Les politiques plus prohibitionnistes lui semblent à cet égard contre-productives. “Ma volonté c’est que chaque personne soit assez forte et assez émancipée pour faire ses choix elle-même, y compris de porter un voile. Et je sais que d’autres disent: “Oui, mais êtes-vous bien sûr que c’est un vrai choix individuel?”. Mais qui suis-je pour juger de ça? Qui suis-je pour aller leur dire: “Vous avez fait ce choix-là, mais ce n’était pas le vôtre”? Et aller dire que puisqu’on lui interdit de travailler dans une fonction si une personne porte le voile, ça va lui faire prendre la décision de ne plus porter le voile ? Honnêtement je ne vois pas ça se passer“, a-t-il ajouté.

Belga

Partager l'article

14 juillet 2021 - 12h17
Modifié le 14 juillet 2021 - 12h22