60% du personnel de la Stib devrait être en grève ce mardi

Dans le cadre d’une grève national, ils dénonceront les plans du gouvernement autour des métiers lourds. Les administrations, les écoles et la poste seront aussi concernées par cette grève intersectorielle.

Ce mardi, les navetteurs devront certainement prendre leurs précautions. “La grève nationale décrétée le mardi 27 février contre les mesures fédérales en matière de pension aura des répercussions sur le réseau de la STIB, qui risque d’être fortement impacté“, peut-on lire sur l’application téléphonique de la Société bruxelloise de transport public.

Dès 6h du matin, les navetteurs seront informés en continu des perturbations à travers les réseaux sociaux et sur le site internet de la Stib. Un Contact Center  sera également ouvert (070/23.20.00) pour informer au mieux des conséquences sur les transports. “Il est très difficile de dire à l’avance quelle sera l’ampleur des perturbations“, s’exprime sa porte-parole, Cindy Arents.

Les militants du syndicat socialiste des services publics CGSP/ACOD rassemblent environ 40% du personnel de la Stib. Mais les grévistes pourraient être plus nombreux. “Les affiliés CSC et CGSLB pourront lever le pied sous les couleurs de la CGSP. Ils seront couverts par notre action“, nous a indiqué Mohsine Rachik, président de la CGSP. Selon lui 60% du personnel de la Stib sera donc en grève.

Concernant Bruxelles Propreté, un tiers de son personnel est affilié à la CGSP. Son représentant syndical, David Van Leirsberghen, attend une “grande majorité d’entre eux” dans les rues ce mardi. Le porte-parole de Bruxelles Propreté, Etienne Cornesse, confime également que la grève aura un impact sur l’activité des éboueurs. Si les poubelles ne sont pas collectées ce mardi dans les zones concernées, il conseille de les rentrer à nouveau en attendant la prochaine collecte.

Belga et rédaction