Le fédéral lance son portefeuille digital, myGov.be

Le fédéral a lancé mardi l’application myGov.be, à la fois portefeuille virtuel de documents officiels et guichet électronique pour faire parvenir des requêtes à l’administration. Le “wallet” a été testé en début d’année par plus d’une centaine de citoyens. Il est désormais accessible à tous, sans obligation.

“Depuis 6h ce matin, le ‘wallet’ est une réalité”, s’est réjoui mardi en conférence de presse le secrétaire d’Etat à la Digitalisation Mathieu Michel (MR). “Nous sommes parmi les premiers d’Europe à mettre à disposition un tel ‘digital identity wallet’, suivant le règlement européen eIDAS 2.0”. Le règlement eIDAS, récemment mis à jour, prévoit l’interopérabilité des systèmes nationaux d’identification électronique.

L’application myGov.be, telle qu’elle peut être téléchargée aujourd’hui, permet d’accéder en ligne à ses données d’identité et à une série de documents officiels: permis de conduire, extrait d’acte de naissance ou de mariage, certificat de vaccination Covid… L’application donne également accès aux messages reçus sur “My eBox”, la boîte aux lettres électronique des autorités. On peut aussi passer par myGov pour demander des attestations et documents officiels, via un guichet virtuel.  C’est une “version 1.0”, ont insisté mardi Mathieu Michel et le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit).

MyGov.be est appelée à évoluer constamment pour inclure au fil des ans de plus en plus de services, de documents, et impliquer davantage d’administrations, y compris au niveau régional si elles le souhaitent. Actuellement, l’application permet le lien avec les administrations de la Mobilité (permis de conduire et enregistrement du véhicule), de la Justice (actes d’état civil), de la Santé (carte ISI+, certificat de vaccination) et Intérieur (données d’identité). Mais il y a déjà un travail en cours pour faire le lien avec les Finances et les Pensions, indique Mathieu Michel.

 

Lire aussi | Portefeuille numérique : “L’idée est de ne pas faire subir à nos citoyens la complexité de notre pays”, indique Mathieu Michel