Drivy fait rouler les voitures inutilisées

Une voiture resterait en moyenne 95 % de son temps à l’arrêt sur son aire de stationnement. Autant dire qu’en matière de bonne mobilité, ce n’est pas l’idéal. Drivy, une société française fondée en 2011 et présente en Belgique depuis juin 2016 l’a bien compris. Elle propose donc dans cinq pays européens (France, Allemagne, Espagne, Autriche et Belgique) une plateforme qui met en liaison les propriétaires de véhicules privés partiellement inutilisés et les locataires potentiels.

Le principe est simple : un propriétaire inscrit son véhicule -une berline, mais aussi un utilitaire ou bien d’autres types  – sur la plateforme. Le montant de la location est fixé en concertation avec Drivy selon les caractéristiques du véhicule. Le futur locataire pourra ainsi, via l’application, choisir un véhicule pour une période plus ou moins longue, en faire la demande et attendre une réponse. Le plus souvent la remise des clefs se pratique chez le propriétaire après signature d’un contrat de location papier ou numérique et la vérification des documents légaux. Il n’y a pas d’abonnement.

Le prix moyen de la location est de 25 à 35 euros par jour auxquels s’ajoute un coût de 8 centimes par kilomètres. Les 100 premiers kilomètres sont compris dans le prix de la location. Le propriétaire recevra 70 % de cette somme. Les 30 % restants sont constitués de la commission Drivy, de l’assurance, etc.

En Belgique, 1300 propriétaires proposent leur voiture à la location, dont 350 à Bruxelles. Ceux-cise situent logiquement le plus souvent dans le centre des grandes villes comme Bruxelles, évidemment, mais aussi Anvers, Gand ou Liège.

Tous les véhicules, dès la location, sont couverts par une assurance omnium avec une franchise à charge du locataire en cas d’accident ou de déprédation. On aura compris que cette assurance ne suspend pas l’assurance contractée par le propriétaire. Il n’y a donc pas d’économie à faire au niveau de l’assurance mais bien de la location proprement dite. Au lieu de dormir dans un garage ou sur le bord d’un trottoir, la voiture rapporte de l’argent; les coûts sont diminués.

Toute cette procédure entre propriétaire et locataire pourrait paraître très lourde à certains. D’où la mise en place d’un nouveau système, le Drivy Open, qui permet de récupérer et de mettre en route le véhicule via son smartphone, comme pour les voitures en “free floating” (véhicules stationnées sur la voie publique et non dans une station de location). Quant au contrat de location, il se complète également via l’application.

Pour être complet, signalons Un autre opérateur propose un service similaire en Belgique, CarAmigo, actif , lui, depuis 3 ans.

Partager l'article

29 septembre 2017 - 09h32