La zone de police Montgomery signe un large protocole sur la disparition des seniors

Le protocole ‘Disparition des Seniors’ a été officiellement signé vendredi, dans la salle du collège de l’hôtel communal de Woluwe-Saint-Pierre, entre la zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-St-Lambert et Woluwe-St-Pierre), la cellule Personnes disparues de la police fédérale, le parquet de Bruxelles et les institutions impliquées.

L’accord a notamment été signé par le procureur du Roi de Bruxelles Jean-Marc Meilleur, le président du Collège de police et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre Benoît Cerexhe ainsi que par les bourgmestres d’Etterbeek et de Woluwe-Saint-Lambert, respectivement Vincent De Wolf et Olivier Maingain.

Le partenariat se décline en deux volets, à savoir avec les maisons de repos et de soins situées sur le territoire de la zone et avec les institutions qui viennent en aide aux seniors vivant à domicile. Une étude de la Ligue Alzheimer révèle en effet que près de 70% des personnes atteintes de démence vivent chez elles. Une fiche identitaire sous forme de questionnaire peut notamment être téléchargée sur les sites www.policemontgomery.irisnet.be et www.alzheimer.be. Une fois remplie, elle est à conserver avec des photos récentes dans une boîte au frigo, sur laquelle il faut inscrire “Protocole Disparition Seniors au Domicile”. La dernière page du questionnaire est à apposer à l’arrière de la porte d’entrée de l’habitation.

Michaël Jonniaux, chef de corps de la zone de police Montgomery, estime ce partenariat avec les institutions de soins, les services d’aide à domicile et la Ligue Alzheimer remarquable : “Le travail est bien préparé en amont et il y aura très peu de place à la prise de mesures dans le stress de l’intervention. On demande de rédiger une fiche concernant la personne âgée, avec son nom, son âge, une description, mais aussi les lieux où elle a vécu, où elle a travaillé… Ce sont des données importantes en cas de recherches. Cette année, nous comptons déjà 32 disparitions de personnes de plus de 60 ans sur la zone. L’année passée, on en comptait 27. (…) C’est un public très vulnérable”.

David Rimaux, représentant de la cellule des personnes disparues de la police fédérale, a souligné qu’au niveau national, pour la période 2012-2016, sur les 7.180 disparitions tous âges confondus, 638 concernaient des personnes âgées. Parmi ces dernières, 49 sont décédées et 3 n’ont jamais été retrouvées. (Belga)

  • Interview : Bruzz

Partager l'article

10 novembre 2017 - 16h43