Attentats du 22 mars : la commission d’enquête en passe de boucler le deuxième volet de ses travaux

L-R, cdH's Georges Dallemagne, Ecolo-Groen's Stefaan Van Hecke , sp.a's head of group Meryame Kitir, PS' Andre Frederic, Open Vld's head of group and terrorism commission chairman Patrick Dewael, N-VA's head of group Peter De Roover, MR's Philippe Pivin and Cd&V's head of group, Servais Verherstraeten pictured during a press conference of the parliamentary inquiry commission for the March 22nd Brussels terror attacks, in Brussels, Tuesday 02 May 2017. BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

La commission d’enquête parlementaire sur les attentats terroristes devrait boucler dans les heures ou jours qui viennent le deuxième volet de ses travaux consacré à l’architecture de sécurité. Ses constats et recommandations s’étendent sur quelque 500 pages, a-t-on appris. Une conférence de presse n’est pas exclue mercredi.

La commission mise sur pied à la suite des attentats du 22 mars 2016 s’est entendue sur un premier rapport intermédiaire consacré à l’action des services de secours au début août 2016. Le deuxième rapport intermédiaire porte sur la façon dont les services de police et de renseignement ainsi que les autorités judiciaires ont fait face à la menace terroriste. Les travaux ont commencé en septembre. Les commissaires se sont penchés entre autres choses sur trois cas particuliers: les frères Abdeslam, les frères El Bakraoui et Oussama Atar. Certaines questions politiques épineuses ont également été abordées, en particulier celle de l’officier de liaison de la police fédérale à Istanbul, lourdement chargé par le ministre de l’Intérieur trois jours après les attentats.

La semaine dernière, les travaux se sont déroulés dans une ambiance tendue, a-t-on appris à bonne source. Les points de vue semblent toutefois s’être rapprochés. Mardi après-midi, les commissaires doivent procéder à la relecture de deux chapitres de leur rapport, consacrés à l’architecture policière (rôle de la direction générale de lutte contre la criminalité organisée -DJ SOC-, méthodes de recherche, etc.) et la coopération internationale. Des réformes qui vont en profondeur seront proposées, a-t-on appris. Le rapport pourrait recueillir un large consensus, tout en laissant une certaine marge pour des initiatives individuelles des différents partis. La commission n’a pas encore terminé ses travaux puisqu’un rapport est encore attendu sur le radicalisme. Début mai, elle avait par ailleurs présenté une série de recommandations sur l’accompagnement des victimes. (Belga)

Partager l'article

06 juin 2017 - 14h03