TUI relève ses attentes de bénéfices pour l'année malgré le coup d'Etat manqué en Turquie

Le géant allemand du tourisme TUI, anciennement dénommé Jetair en Belgique, a revu à la hausse mercredi ses prévisions de résultat annuelles, grâce notamment à l’essor de ses croisières et des séjours en Espagne. A quelques jours de la fin de son exercice annuel décalé octobre 2015/septembre 2016, le groupe, basé en Allemagne et coté à la Bourse de Londres, attend désormais une hausse de 12 à 13% de son bénéfice opérationnel ajusté Ebita. Jusqu’à présent, il tablait sur une croissance “d’au moins 10%”, alors même que son chiffre d’affaires du troisième trimestre avait été pénalisé par les attaques terroristes dans différents pays.

Le groupe précise que sa saison d’été a été presque complète, avec une hausse des réservations de 1% par rapport à l’été précédent et notamment “à nouveau de bons résultats en Grande-Bretagne (+5%), chez Riu (chaîne d’hôtels espagnole) et dans les croisières”. Le Benelux a, lui, connu une hausse de 2%. En Allemagne en revanche, TUI a perdu des clients.

Pour le moment, “les réservations pour la saison d’hiver 2016/2017 répondent à nos attentes et leur hausse sera tirée par les voyages lointains”, comme le Mexique, la République dominicaine, la Thaïlande, Cuba ou le Sri Lanka, explique Friedrich Joussen, le patron de TUI.

Ce géant mondial du tourisme est né fin 2014 de la fusion de l’allemand TUI avec sa filiale britannique TUI Travel, et se veut un voyagiste intégré, proposant vols, hôtels, séjours et s’adressant principalement au grand public. Sa clientèle est en grande partie allemande et britannique.

Les attaques terroristes dans de nombreux pays, l’instabilité politique dans d’autres, ont certes conduit à la désaffection de certaines destinations comme la Turquie, l’Egypte et la Tunisie, mais TUI a alors réagi en augmentant son offre sur d’autres destinations devenues particulièrement prisées, comme l’Espagne, mais aussi les croisières.

Partager l'article

28 septembre 2016 - 11h25