Séoul veut intensifier sa propagande sonore à la frontière nord-coréenne

La Corée du Sud prévoit d’intensifier sa campagne de propagande sonore contre la Corée du Nord en doublant le nombre de haut-parleurs installés à la frontière entre les deux ennemis, a rapporté l’agence sud-coréenne Yonhap mercredi. Après le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, Séoul avait rallumé les puissants haut-parleurs qui diffusent à plein volume un mélange de musique pop, de bulletins d’information et de messages de propagande. Selon Yonhap, qui cite un responsable militaire, le nombre de haut-parleurs, estimé actuellement à 17, va être doublé d’ici la fin de l’année. Certains des engins les plus anciens seront remplacés par des machines qui pourront être entendues à plus de 10 kilomètres. Le ministère de la Défense s’est refusé à confirmer ces informations.

Des civils nord-coréens vivent dans la zone frontalière, à portée d’oreille des haut-parleurs. D’après le responsable militaire, il s’agit de punir Pyongyang pour ses récentes « provocations », y compris le lancement le mois dernier d’un missile de moyenne portée. Dans leurs messages, les autorités sud-coréennes vont renouveler leurs critiques contre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et sa politique « désespérante », a ajouté le responsable. Cette méthode de guerre psychologique remonte aux années de conflit ouvert entre les deux camps (1950-53), quand des unités mobiles équipées de haut-parleurs se déplaçaient le long d’une ligne de front extrêmement mouvante. Elle peut paraître désuète mais elle a le don d’irriter Pyongyang, qui a à un moment menacé de détruire les haut-parleurs par des tirs d’artillerie.

Partager l'article

06 juillet 2016 - 08h20