Présidentielle américaine – Hillary Clinton soutenue par Al Gore attire l'attention sur le changement climatique

La candidate démocrate Hillary Clinton a affirmé mardi que les USA ne pouvaient pas prendre le risque de placer un climatosceptique à la Maison Blanche, en faisant référence à son rival républicain Donald Trump. Elle prenait la parole lors d’un meeting électoral à Miami en Floride, aux côtés d’Al Gore, le candidat malheureux à la présidentielle américaine de 2000 nobelisé en 2007 pour ses démarches environnementales. Hillary a mis l’accent sur le changement climatique lors de son intervention estimant que les USA devaient prendre le phénomène au sérieux. « Malheureusement, il y a encore trop de gens à Washington, sur le chemin de campagne, qui ne réalisent pas ce qui est en train de se passer juste sous nos yeux », a-t-elle déclaré.
Elle a ajouté que faire face aux menaces climatiques et développer des énergies propres pouvait donner lieu à des créations d’emplois. « Les superpuissances des énergies propres au 21éme siècle seront surement l’Allemagne, la Chine ou nous, et je veux que ce soit nous », a encore exhorté la démocrate.
Al Gore, a qui a été attribué le Prix Nobel de la paix en 2007 pour récompenser ses efforts de lutte contre le changement climatique, a soutenu les plans d’Hillary Clinton en la matière. Ils visent à réduire les pertes énergétiques, la consommation de pétrole et à investir dans l’infrastructure énergétique propre entre autres.
« C’est exactement ce genre d’ambitions dont nous avons besoin de la part du prochain président des Etats-Unis », a-t-il déclaré. « Les enjeux de cette élection ne peuvent pas être plus importants », a-t-il ajouté, priant les Américains de se rendre aux bureaux de vote.
Il a mis en garde les indécis et les abstentionnistes que le scrutin était serré et que leur voix « compte vraiment, vraiment, vraiment ». « J’en suis la preuve vivante », a lancé l’ancien vice-président de Bill Clinton, qui avait perdu de peu sa campagne en 2000 face à Georges W. Bush, en raison du mode de scrutin aux USA.

Partager l'article

12 octobre 2016 - 02h10