Pays-Bas: le nouveau parlement réuni pour la première fois, 4 partis prêts à négocier

Le nouveau parlement néerlandais s’est réuni jeudi pour la première fois depuis les élections législatives du 15 mars alors que les contours d’une coalition gouvernementale rassemblant quatre partis, dont les écologistes, commencent à se dessiner. Les chefs de file des partis libéraux (VVD), chrétiens-démocrates (CDA), progressistes (D66) et écologistes (Groenlinks) ont rencontré dans la matinée Edith Schippers, « exploratrice » désignée par le Parlement et qui est chargée d’évaluer les différentes possibilités pour former un gouvernement.

Les quatre hommes se sont dits prêts à explorer la possibilité d’une coalition gouvernementale à quatre malgré « de nombreuses différences », selon le Premier ministre sortant et chef des libéraux Mark Rutte. Cette décision confirme que le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders sera pour l’instant exclu du processus, une promesse électorale de nombreuses formations. « Cette coalition est très loin d’être idéale pour nous et comprend des partis avec lesquels nous avons de très grandes différences. Nous allons voir si ces différences sont conciliables ou non », a déclaré aussi le chef de file écologiste, Jesse Klaver. Il avait appelé avant les élections les partis de gauche à s’unir face à un gouvernement mené par les libéraux.

Le VVD a remporté les élections législatives en obtenant 33 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement. Le scrutin, considéré comme un baromètre du vote en faveur de l’extrême droite en Europe avant les scrutins en Allemagne et en France, a vu la formation de Geert Wilders finir en seconde place avec 20 sièges, contre 15 obtenus aux dernières élections en 2012.

Edith Schippers doit rendre son rapport mardi prochain et le parlement en débattre mercredi.

Un « informateur », également désigné par le Parlement, devrait ensuite être nommé, chargé de mener à bien les négociations entre les partis sur un accord de gouvernement, sorte de guide de travail de la prochaine coalition.

Geert Wilders estime de son côté que son Parti pour la liberté (PVV) « a gagné » une place à la table des négociations, une possibilité exclue par ses adversaires politiques avant même le scrutin. « Ce n’est pas démocratique d’ignorer d’avance 1,3 millions d’électeurs en refusant de négocier », a-t-il affirmé lundi.

La nouvelle session du Parlement s’est ouverte par un hommage aux victimes de l’attentat de Londres, qui a fait trois morts. « Nos coeurs vont à nos collègues à Westminster et à la société britannique », a dit notamment la présidente de la chambre, Khadija Arib.

Partager l'article

23 mars 2017 - 16h10